Le président tchèque qualifie les personnes transgenres de "dégoûtantes"

PRAGUE (Reuters) - Le président tchèque Milos Zeman, commentant une loi hongroise interdisant la "représentation et la promotion" de l'homosexualité et de la transsexualité, a déclaré dimanche qu'il trouvait les personnes transgenres "dégoûtantes".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le président tchèque qualifie les personnes transgenres de
Le président tchèque Milos Zeman, commentant une loi hongroise, a déclaré qu'il trouvait les personnes transgenres "dégoûtantes". /Photo d'archives.REUTERS/Leonhard Foeger

Il répondait à une question sur la loi hongroise adoptée plus tôt ce mois-ci, qui interdit "la représentation et la promotion d'identités de genre différentes du sexe à la naissance, du changement de sexe et de l'homosexualité" auprès des personnes de moins de 18 ans.

"Si vous subissez une opération de changement de sexe, vous commettez essentiellement un crime d'automutilation", a déclaré Milos Zeman à la chaîne CNN Prima. "Chaque opération est un risque et ces personnes transgenres sont pour moi dégoûtantes."

La loi hongroise a été très critiquée par les partis d'opposition tchèque, les groupes de défense des droits humains et par une majorité de membres de l'Union européenne réunis en sommet à Bruxelles la semaine dernière.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a ainsi sommé jeudi soir Victor Orban de respecter les droits des LGBTQIA (personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles) ou de quitter l'UE.

Le Français Emmanuel Macron a décrit cette loi comme un "recul terrible".

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, ouvertement homosexuel, a quant à lui estimé que la Hongrie devrait aussi être soumise à une nouvelle procédure européenne permettant de restreindre les financements européens pour les pays ne respectant pas l'Etat de droit.

Pour Milos Zeman en revanche, condamner la loi hongroise est une ingérence dans les affaires intérieures d'un pays.

"Viktor Orbán dit qu'il n'est pas contre les homosexuels, mais qu'il est contre la manipulation non seulement des parents, mais aussi des enfants dans l'éducation sexuelle", a déclaré le président tchèque. "Je ne vois aucune raison d'être en désaccord avec lui, car je suis vraiment agacé par les suffragettes, le mouvement Me Too et Prague Pride."

(Reportage Michael Kahn ; Version française Elizabeth Pineau)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS