Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le président de Sika demande une nouvelle fois à Saint-Gobain de renoncer à son offre

, , ,

Publié le , mis à jour le 17/04/2018 À 16H30

Le président du groupe suisse Sika a de nouveau demandé ce 17 avril au français Saint-Gobain de renoncer à son offre de prise de contrôle.

Le président de Sika demande une nouvelle fois à Saint-Gobain de renoncer à son offre
Le président du groupe suisse Sika a de nouveau demandé mardi au français Saint-Gobain de renoncer à son offre de prise de contrôle. /Photo prise le 6 avril 2018/REUTERS/Arnd Wiegmann
© Arnd Wiegmann

Le feuilleton Sika / Saint-Gobain n'est pas terminé. Ce 16 avril, le président de Sika réitère sa demande (voire sa supplique) au groupe français : renoncer à son offre de prise de contrôle. "Je l'ai dit lors des quatre dernières assemblées générales annuelles et je le répète une nouvelle fois aujourd'hui : Sika n'a pas besoin de Saint-Gobain", a déclaré Paul Hälg devant les actionnaires du spécialiste de la chimie pour le secteur de la construction. "Cette offre hostile n'est pas dans l'intérêt de Sika. Elle donnerait à Saint-Gobain le contrôle de Sika, un contrôle que le groupe français n'exploiterait qu'à son propre avantage. Et toutes les autres parties prenantes finiraient par en payer le prix", a-t-il ajouté.

Quatre années d'imbroglio

Saint-Gobain a signé fin 2014 avec la famille Burkard, un accord de cession du contrôle du groupe suisse pour 2,3 milliards d'euros mais la direction de Sika et plusieurs de ses actionnaires ont multiplié depuis les procédures judiciaires pour empêcher la mise en oeuvre de cet accord, qui court jusqu'à fin juin mais pourrait être prolongé.

En début de journée, Sika a publié un chiffre d'affaires trimestriel légèrement supérieur aux attentes et dit prévoir une croissance de ses bénéfices sur l'ensemble de l'année.

La cotation de Sika sur le marché suisse a été suspendue jusqu'à la fin de l'AG.

Avec Reuters (John Revill; Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle