Le président de Mont Roucous se retire des négociations pour le rachat de Quézac

En discussion exclusive depuis mars avec le groupe Nestlé Waters pour le rachat de Quézac et de l’usine d’Ispagnac en Lozère, le PDG de l’eau minérale Mont Roucous, Jean-Claude Lacaze, a, selon les syndicats, claqué la porte des négociations lors du comité d’entreprise extraordinaire réuni le 10 mai.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le président de Mont Roucous se retire des négociations pour le rachat de Quézac
Usine d’Ispagnac des eaux de Quezac.

Le comité d'entreprise extraordinaire de Quézac (groupe Nestlé Waters) qui s’est tenu le mardi 10 mai à Ispagnac en Lozère, s’est achevé précocement : venu présenter une deuxième mouture de son projet de reprise du site, le Tarnais Jean-Claude Lacaze, PDG de Mont Roucous, est parti "en annonçant qu’il quittait le bateau, se retirait de l’affaire", affirme le délégué CGT Pascal Frazzoni. Depuis mars, le groupe Nestlé Waters avait engagé avec Jean-Claude Lacaze des négociations exclusives qui devaient durer jusqu’au 24 mai. Jean-Claude Lacaze proposait de garder 30 des 53 salariés de Quézac, tout en augmentant la production de 17 000 à 29 000 bouteilles par heure. Le deuxième rapport d’audit, fourni le 10 mai après-midi, évoquait un investissement de 3,2 millions d’euros sur trois ans, "ce qui parait plus réaliste pour augmenter les cadences", commente le délégué CGT de Quézac. Un premier audit n’évoquait que 1,2 million d’euros.

Mais ce sont surtout les conditions salariales proposées par Jean-Claude Lacaze - une baisse de 40% - qui rencontraient l’hostilité des syndicats... "Ce matin, le ton est monté, on s’est fâchés...", commente le délégué CGT.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’usine Quézac d’Ispagnac, qui tourne en 3/8, a produit 78 millions de bouteilles en 2015. Si Jean-Claude Lacaze confirme l’abandon de son offre, ce sera le deuxième projet de reprise de Quézac avorté en deux ans. De précédentes négociations exclusives entre Nestlé Waters et le propriétaire des Sources du Pestrin, Eric Besson, avaient été arrêtées en mai 2015.

Sylvie Brouillet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS