Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le président de la SNCM demande l'arrêt de la grève sous peine de liquidation de l'entreprise

Elodie Vallerey , ,

Publié le

Dans un courrier adressé au personnel de la compagnie maritime SNCM, le nouveau président Olivier Diehl expose les conséquences d'une prolongation de la grève entamée le 24 juin sur la santé de l'entreprise marseillaise.

Le président de la SNCM demande l'arrêt de la grève sous peine de liquidation de l'entreprise © Louis Moutard-Martin - Wimedia commons

En grève depuis le 24 juin, les salariés de la compagnie de transport maritime SNCM ont reçu une lettre de leur nouveau président le 1er juillet. Dans son courrier, Olivier Diehl les met en garde contre les conséquences d'une prolongation du blocage des navires, rendant impossibles les traversées trans-Méditerranée.

"La grève fait fuir nos clients, elle met à mal nos finances, elle favorise nos concurrents. Il ne faut pas se tromper de combat, elle rend service uniquement à ceux qui ont intérêt à nous voir sombrer !", martèle le nouveau patron de la compagnie. "Ce serait un immense gâchis : si elle se prolonge, nous rentrons dans un processus que nous ne contrôlerons pas et qui aboutirait à la liquidation", menace-t-il.

Les salariés de la SNCM ont reconduit leur grève le 1er juillet, paralysant les premiers départs en vacances vers la Corse, la Sardaigne, l’Algérie et la Tunisie. Ils manifestent contre le nouveau tandem installé à la tête de la SNCM, par l'actionnaire majoritaire Transdev, il y a quelques semaines. Cela remet en question le plan de long terme négocié par les syndicats avec la précédente direction pour tenter de sauver l'entreprise en difficulté.

Un avenir pour les activités de la SNCM

"Il existe un avenir pour les activités de la SNCM, assure Olivier Diehl dans sa lettre. Le choix n'est pas entre la disparition maintenant et la disparition dans trois mois: il est véritablement entre la disparition maintenant et l'avenir. Pour cela, il faut savoir arrêter une grève".

Le 30 juin, le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier a mandaté le commissaire général à l'investissement Louis Gallois pour l'élaboration d'un plan stratégique de soutien aux compagnies de transport maritime françaises. Le vice-président du conseil d'orientation de l'emploi, Gilles Bélier, a lui été nommé en tant négociateur dans le dossier SNCM.

L'Etat est encore actionnaire de la SNCM à hauteur de 25%. Il a donné son soutien au limogeage de l'ancien président de la compagnie Marc Dufour et à la reprise en main par Transdev.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle