Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le président de la région Rhône-Alpes intéressé par le projet de reprise de Kem One présenté par la CGT

, , , ,

Publié le

Jean-Jack Queyranne demande à Arnaud Montebourg de prendre en compte le projet de fiducie porté par le syndicat pour la reprise du groupe de produits vinyliques Kem One.

Le président de la région Rhône-Alpes intéressé par le projet de reprise de Kem One présenté par la CGT
Jean-Jack Queyranne
© Rhones Alpes

Le président de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, a écrit le 26 novembre au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, pour "appeler son attention" sur le projet de reprise du groupe Kem One présenté par la CGT avec le concours du cabinet Sekri–Valentin–Zerrouk.

Pour Jean-Jack Queyranne, ce projet "apparaît clairement pertinent dans le mesure où il inscrit le redéveloppement de l’activité PVC dans la durée" et qu’il "apporte de réelles garanties pour l’avenir à la filière du PVC en France et tout particulièrement en Rhône-Alpes". Pour le président du conseil régional rhônalpin, ce projet présente "plusieurs intérêts", notamment "la cession des actions de Gary Klesch et l’abandon temporaire des créances à un tiers, l’association Phoenix, qui permettraient de réunir les partenaires du groupe dans une même communauté d’intérêts partagés autour de l’entreprise Kem One". "Les perspectives de rentabilité à moyen terme sont de nature à encourager un actionnariat "vertueux", poursuit-il, concourant à financer par anticipation le retournement de l’entreprise."

Tenir compte du projet de fiducie de la CGT

Jean-Jack Queyranne demande à Arnaud Montebourg de "prendre en compte les aspirations et les lignes de forces de ce projet qui repose sur une ambition collective et prend appui sur une démarche participative inédite, ce qui constitue un signal symboliquement important dans le contexte actuel", souligne-t-il.

Ce message sera-t-il entendu par le ministre du Redressement productif et permettra-t-il à ce projet d’être traité à armes égales, au même titre que les autres repreneurs, la société d’investissement OpenGate et l’industriel Alain de Krassny, comme le réclament les représentants de la CGT ? A dix jours de l’audience du tribunal de commerce de Lyon (Rhône), ce soutien peut paraître un peu tardif. A un moment où le climat social se tend au sein de l’entreprise. La CGT a appelé pour la première fois depuis la reprise du groupe par Gary Klesch à une grève d’une journée - le 28 novembre - sur le site de Saint-Fons (Rhône) touché par la suppression de 30 postes sur la centaine envisagée dans le cadre du plan social présenté par les différents repreneurs.

Vincent Charbonnier
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle