Le premier vol de LauncherOne, la fusée commerciale de Virgin Orbit, est décalé au 27 mai

Initialement prévu pour les 24 et 25 mai, premier vol d'essai spatial de LauncherOne, la fusée commerciale de Virgin Orbit, a été décalé au 27 mai. Sur Twitter, la compagnie explique que ce retard est lié à un capteur défectueux.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le premier vol de LauncherOne, la fusée commerciale de Virgin Orbit, est décalé au 27 mai
Un problème de capteur a poussé les équipes à retirer le carburant des appareils.

Le premier vol d'essai spatial de LauncherOne, la fusée commerciale de Virgin Orbit, aura bien lieu, mais avec un peu de retard. La compagnie de Richard Branson a annoncé un léger décalage. Au lieu des 24 et 25 mai, la démo devrait désormais avoir lieu le 27 mai, entre 10 heures et 14 heures PDT (17 heures et 21 heures, heures de Paris), toujours depuis son site de Mojave, en Californie.

Les raisons de ce retard proviendraient d'un capteur défaillant. "Nous avons terminé le ravitaillement de notre fusée LauncherOne hier pour notre démo de lancement. Tout se passe bien : l'équipe, l'avion et la fusée sont en excellent état. Cependant, nous avons un capteur qui fait des siennes. Par excès de prudence, nous déchargeons le carburant pour y remédier", explique la société sur Twitter.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Il semble que nous puissions rapidement résoudre ce problème mineur", continue la société. "L'équipage travaille déjà d'arrache-pied à la mise en œuvre de ce plan". Dans un nouveau tweet quelques plus tard, la nouvelle plage horaire était annoncée. Espérons que cette fois-ci soit la bonne.

Virgin Orbit souhaite proposer une nouvelle solution de lancements suborbitaux à bas coûts et réutilisables. Installée sur l'aile d'un Boeing 747, la fusée doit déclencher ses moteurs lorsque l'appareil atteint les 11 000 mètres d'altitude. De son côté, l'avion retourne sur le tarmac, prêt à rapidement redécoller. De quoi économiser de l'argent et du carburant par rapport à un lancement terrestre classique.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS