Le premier réacteur EPR au monde démarre enfin... mais en Chine

Alors que les retards s’accumulent sur le chantier de l’EPR français de Flamanville, celui de Taishan en Chine a démarré le 6 juin. Une première mondiale qui fait appel à l'expertise du groupe français EDF.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le premier réacteur EPR au monde démarre enfin... mais en Chine
Le premier réacteur EPR au monde vient de démarrer à Taichan, en Chine

Entre la France (Flamanville), la Finlande (Olkiluoto), le Royaume-Uni (Hinkley Point), l'Inde (Jaitapur) et la Chine (Taishan), la bataille du premier EPR était ouverte. C'est finalement la Chine qui finit la course en tête: à Taishan (dans le sud du pays), le réacteur a eu sa première réaction en chaine le 6 juin, a révélé Xavier Ursat, le directeur de la division ingénierie et projets nouveaux nucléaires d'EDF.

L’Autorité de sureté nucléaire du pays avait donné son feu vert le 10 avril au chargement du combustible sur le premier des deux réacteurs de troisième génération de Taishan, avait indiqué Jean-Bernard Lévy lors d’une audition devant la commission des affaires économiques et des finances de l’Assemblée nationale. "Depuis quelques heures, les équipes chinoises, avec quelques dizaines de détachés français du groupe EDF, sont en train de charger le combustible nucléaire et les premières réactions nucléaires pourront débuter rapidement", déclarait-il le 11 avril devant les députés, disant sa 'fierté'.

La mise en service du réacteur EPR Taishan 1 est donc bouclée cette année, puis Taishan 2 doit suivre en 2019. Les deux réacteurs ont été construits par une co-entreprise détenue à 70% par le chinois CGN et à 30% par EDF. Le chantier été lancé en 2007 et a subi de multiples retards. Le chargement du combustible a ainsi débuté avec plus de quatre ans de retard sur le timing d’origine.

Et Flamanville ?

A Flamanville, la même opération de chargement du combustible devrait être réalisée "à la fin du quatrième trimestre 2018", a rappelé Jean-Bernard Lévy… mais les dernières anomalies détectées risquent d'entrainer un nouveau retard et des surcouts. Le PDG d’EDF avait promis d'en dire plus "fin mai" . Pour l'instant, rien n'est sorti.

A LIRE AUSSI

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS