L'Usine Aéro

Le premier actionnaire de BAE s'oppose à la fusion avec EADS

, ,

Publié le

Invesco Perpetual a dressé une longue liste d'objections à la fusion du groupe de défense britannique avec EADS.

Le premier actionnaire de BAE s'oppose à la fusion avec EADS © BAE Systems

Dans un communiqué diffusé le 8 octobre, Invesco Perpetual évoque notamment des craintes d'ingérence des Etats ou encore une absence de pertinence stratégique de l'opération de fusion entre EADS et BAE.

Il ajoute qu'un rapprochement avec EADS aurait un impact négatif sur les positions de BAE Systems aux Etats-Unis, où le groupe a accès à des contrats jugés sensibles en matière de sécurité.

"Invesco a, épisodiquement, détenu des actions BAE au cours des 20 dernières années", souligne la société. "Invesco considère que BAE dispose de solides activités avec des positions bien établies sur le marché de la défense mondial, notamment aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Ses perspectives en tant qu'entité indépendante sont bonnes."

"Nous nous préparons à des discussions avec le conseil de BAE et avec d'autres actionnaires de BAE dans les jours à venir", ajoute Invesco, qui dit détenir 13,3% des actions ordinaires de BAE.

Le 7 octobre, le secrétaire britannique à la Défense Philip Hammond a dit que Londres opposerait son veto au projet de fusion entre EADS et BAE Systems s'il ne répond pas à certaines priorités non négociables.

(avec Reuters, Kate Holton)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte