Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le port d’Anvers relie les deux rives de l’Escaut par un tunnel ferroviaire

,

Publié le

Avec l’ouverture d’un tunnel ferroviaire sous l’Escaut, le port d’Anvers veut aider au développement de la rive gauche et augmenter la part du ferroviaire.

Le port d’Anvers relie les deux rives de l’Escaut par un tunnel ferroviaire © Wikimedia - Railex

Le port d’Anvers met en service le tunnel ferroviaire reliant les deux rives de l’Escaut. Inauguré officiellement le mardi 9 décembre, il a vu passer les premiers convois de fret le dimanche 14 décembre. Ceux-ci gagneront beaucoup de temps. Pour rejoindre la gare de triage d’Anvers-Nord, porte ouvrant vers l’Europe du Nord, l’Allemagne et la France, les trains ayant chargé leur cargaison sur les quais du Deurganskdok, le plus grand bassin à marée du monde, devaient faire le tour de la ville d’Anvers.

Un trajet qui prend au minimum 45 minutes de plus que le passage par le tunnel, et souvent bien plus : les trains de fret doivent attendre leur tour pour circuler sur les voies autour d’Anvers, très empruntées par les trains de passagers qui sont prioritaires. Au-delà du gain de temps, l’ouverture de la liaison ferroviaire du Liefkenshoek représente surtout un élément d’infrastructure important pour l’extension du port sur la rive gauche, alors que celle de la rive droite, lieu historique, se heurte désormais à la frontière avec les Pays-Bas.

Partenariat public-privé

Actuellement, 250 trains de marchandises partent chaque jour d’Anvers, ce qui représente environ 8% du tonnage total qui arrive sur le port. Les opportunités offertes par le tunnel devraient faire passer cette part à 15% à l’horizon 2030. Le port d’Anvers a enregistré en 2012 une valeur ajoutée de 18,8 milliards d’euros, ce qui représente 8,7% du produit intérieur brut de la région Flandre et 5% de celui de la Belgique. Le port est donc pour la Flandre un élément stratégique de sa politique industrielle et les investissements sont réalisés dans une optique de développement sur le long terme.

Six années ont été nécessaires pour réaliser la liaison de 16,2 kilomètres qui comprend un tunnel de 6 kilomètres creusé à 40 mètres sous l’Escaut. Ce dernier est constitué par deux pertuis à voie unique qui ont été percés par deux excavatrices de 102 mètres de long à la vitesse maximale de 45 mètres par jour. Le tunnel sous le Waaslandkanaal a également été rénové.

873 millions d’euros d’investissement

L’investissement de 873 millions d’euros a été financé à hauteur de 690 millions par la société Locarail, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Celle-ci a financé les travaux de génie civil et se chargera de la maintenance, alors qu’Infrabel, le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire belge, a réalisé l’équipement des voies, de la signalisation et des aménagements de sécurité.

Les deux tunnels sont dotés d’un système d’évacuation de chaleur et de fumées et d’un système automatique d’extinction à l’aide de mousse. Depuis 2013 et pendant 38 ans, Infrabel paiera une redevance annuelle d’environ 51 millions d’euros.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle