Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le pôle véhicules électriques de PSA mis à mal par Mitsubishi ?

, , , ,

Publié le

Selon le journal japonais Nikkei du 7 août, ils sont plusieurs constructeurs nationaux à suspendre leurs projets de développement conjoints et leurs contrats avec leur partenaire en Europe. une conséquence de la crise de la dette mais pas uniquement.

Le pôle véhicules électriques de PSA mis à mal par Mitsubishi ? © Peugeot

Notamment le groupe Mitsubishi aurait décidé de suspendre la fourniture du véhicule électrique iMiev à PSA Peugeot Citroën. Il remet en cause la santé du groupe actuellement. C'est pourtant ces voitures iMiev que le groupe français utilise pour les badger Citroën C-Zéro ou Peugeot iOn.

Les deux constructeurs sont toujours sous contrat dans le cadre des accords Original Equipment Manufacturer. Mais pour l’heure rien n’indique que les productions de véhicules électriques reprendront.

Le constructeur japonais arrête aussi de fournir au groupe français des moteurs diesel pour certains de ses modèles vendus en Europe. Mais la collaboration dans certains autres domaines ne devrait pas être affectée comme la production en Russie par exemple.

Du côté de la direction de PSA contactée par L’Usine Nouvelle, on assure que ces informations ne sont que des rumeurs et la porte-parole refuse de commenter ces données.

Cette révélation fait suite à l'annonce de General Motors du 6 août. Le groupe américain a assuré qu'il surveillait très nettement le cours de l'action PSA et qu'en cas de nouvelle dégradation il pourrait inscrire l'achat de ses parts dans PSA en provision de dépréciation dans ses comptes annuels. Il a aussi précisé qu'il ne comptait pas mettre davantage d'argent dans les finances du groupe français.

Mazda et Isuzu aussi

Quant au groupe Mazda, il a décidé d’arrêter de recevoir des petits moteurs diesel produits par PSA. Il veut désormais équiper ces modèles de ses propres moteurs.

Mitsubishi ne serait pas le seul au Japon à agir de la sorte. Mais ses homologues de l’automobile souffrent surtout de l’impact de la crise de la dette européenne. Les ventes automobiles sont en effet en recul depuis un an et les constructeurs étudient leurs alliances avec les groupes européens.

Par exemple, Isuzu construit des moteurs diesel pour les véhicules du constructeur Adam Opel dans le cadre de la coentreprise avec GM en Pologne. Bien que la société ait produit autour de 200.000 unités l'année dernière, le développement d'un moteur de nouvelle génération va être interrompu en raison du ralentissement du marché européen.

Seul domaine où les constructeurs japonais et européens pourraient rester liés selon le Nikkei : les voitures écologiques. Notamment BMW et Toyota ont conclu des partenariats technologiques sur les piles à combustible et les véhicules hybrides notamment.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle