Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le plus industriel des agriculteurs

,

Publié le

Changement d'époque. La FNSEA a placé à sa tête Xavier Beulin, un responsable des grandes cultures. Tout un symbole au moment où les prix des matières premières agricoles flambent. À quelques heures de l'ouverture du Salon de l'Agriculture, retour sur le parcours d'un autodidacte.

Le plus industriel des agriculteurs
Nous ne devons pas chercher la cause de tous nos maux à Bruxelles ou chez les distributeurs
© R. DAUTIGNY POUR « L'USINE NOUVELLE »

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Quatorze heures quarante-cinq. Le nouveau président de la FNSEA s'engouffre au pas de charge dans le hall du 11, rue de la Baume, un immeuble du huitième arrondissement de Paris où siège le premier syndicat agricole de France. Xavier Beulin est déjà sur tous les fronts : les matières premières agricoles flambent et les producteurs de porc sont dans la rue... Quelques instants plus tard et quelques étages plus haut, il tombe la cravate et s'installe à la grande table de réunion. Le bureau semble encore impersonnel : des livres, des piles de dossiers, un casque de moto posé dans un coin.

Un groupe exemplaire

L'arrivée de ce quinquagénaire est une révolution au sein du syndicat agricole. D'abord parce qu'il a été élu. « Jusqu'ici, l'un des deux candidats se retirait au dernier moment », explique un connaisseur. Beulin, producteur de céréales et d'oléoprotéagineux (colza, tournesol, soja...) de Donnery, dans le Loiret, l'a emporté - 36 voix contre 31 - face à l'Aveyronnais Dominique Barrau, le candidat de l'élevage. C'est une première à la FNSEA. « Jusqu'ici, les céréaliers poussaient un gars de l'élevage au-devant, et tiraient les ficelles par-derrière... », s'amuse cet observateur.

Xavier Beulin est l'homme de la filière des oléoprotéagineux. Il préside activement Sofiprotéol, établissement financier qui investit dans la transformation de ces matières végétales : huiles alimentaires, nutrition animale, chimie, biocarburants... C'est en quelque sorte le PDG d'un groupe qui pèse 5,6 milliards d'euros et un exemple pour l'ensemble de l'agriculture française. « Il y a vingt-cinq ans, pour tout le monde, la culture des oléagineux en France, c'était terminé. Nous avons su penser nos nouveaux débouchés. Les agriculteurs doivent regagner de la valeur ajoutée sur leurs matières premières ! ».

Xavier Beulin incarne plus un syndicalisme de projet que celui d'une contestation musclée. « Nous ne devons pas tout le temps chercher la cause de tous nos maux à Bruxelles ou chez les distributeurs », lâche-t-il au détour de la conversation.

Le permis moto comme seul diplôme

L'homme est un « self-made farmer ». « Lors de l'élection, on a dit que j'étais né avec une cuillère en argent dans la bouche, que j'avais fait de grandes écoles... » Il s'en défend. En 1976, il perd son père alors qu'il a 17 ans, en terminale. « Il a bien fallu que je m'occupe de mes trois frères et soeurs et que je reprenne la ferme. Je n'ai pas vraiment eu le choix. » Une exploitation classique : 60 ha de polyculture et un troupeau de vaches. « J'ai fait de la vente directe de produits, avec ma mère. J'ai mis les mains dans le cambouis », assure-t-il. L'autodidacte - il ne revendique pas d'autre diplôme que le permis moto - est un pur produit du syndicalisme agricole. « C'est aussi un spécialiste des questions internationales, « un remarquable économiste », dit de lui Jean-René Buisson, le patron de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania). « Il a une aisance de parole extraordinaire. Quand on l'a écouté, on a l'impression d'être plus intelligent », assure un observateur. On lui reproche souvent son omniprésence dans les instances de gestion et de promotion de la filière... Il promet de tout abandonner, sauf la présidence de Sofiprotéol. Mais c'est aussi grâce à cette capacité à constituer un réseau qu'il a pris la tête du syndicat.

Lucide et constant

Ses priorités sont affichées : renforcer le poids des agriculteurs français, en contractualisant les relations avec les industriels ; profiter du G20 pour mieux réguler les marchés agricoles internationaux et enfin rallier d'autres pays européens aux positions françaises sur la prochaine réforme de la Politique agricole commune (PAC). « Son parcours au contact des marchés internationaux va lui permettre de remettre du réalisme économique dans l'action syndicale », affirme Philippe Mangin, président de Coop de France, qui loue un homme lucide et constant dans ses positions. Un homme qui sait aussi garder le lien à la terre « Je sais ce qui se fait sur ma ferme, je connais mon prix de revient. J'ai tout ça ici sur mon ordi : pas question d'être pris en défaut là-dessus ! », insiste le nouveau visage de la « ferme France ».

EN QUELQUES MOTS

Pragmatique. On le dit calme, posé et respectueux. Il ne cherche pas le conflit. Tribun. À l'aise sur les questions internationales, ses qualités d'orateur font merveille dans les congrès agricoles. Réseaux. On lui reproche son omniprésence dans l'agriculture, mais grâce à cela, son carnet d'adresses est bien rempli. Travailleur. C'est un bûcheur qui ne dort que cinq heures par nuit.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle