Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le plasturgiste EMI investit 15 millions d’euros pour une nouvelle usine

, ,

Publié le

La PME familiale EMI regroupe ses cinq sites de production de Hésingue (Haut-Rhin) en une seule usine de 17 000 m², en cours de construction à Saint-Louis, la cité voisine pour un montant de 15 millions d’euros. Le plasturgiste affiche l’objectif d'une croissance annuelle d’au moins 10 % de son chiffre d’affaires.

Le plasturgiste EMI investit 15 millions d’euros pour une nouvelle usine © EMI Plasturgie

EMI va disposer d’ici fin 2017 d’une seule usine rassemblant ses 5 sites de production actuellement à Hésingue (Haut-Rhin). La nouvelle usine de Saint-Louis (Haut-Rhin), disposera de 17 000 m² et permettra au plasturgiste une amélioration conséquente de ses process et flux en faveur de ses clients du secteur bâtiment, automobile et médical. 15 millions d’euros sont consacrés à ce chantier, qui va contribuer à la croissance du chiffre d’affaires d’EMI, qui atteint 26 millions d’euros en 2016, en hausse de 16 %.

"Nous sommes quasiment pris de court par la demande du marché, commente Laurent Rocher, responsable du développement commercial. Pour y faire face, nous investissons notamment dans une nouvelle machine d’injection qui travaille simultanément trois matières différentes. Nous pouvons ainsi travailler des matériaux composites à la fois très légers et directement concurrents de matériaux tels que les plastiques thermodurcis ou l’acier."

Développer le secteur médical

EMI conserve encore jalousement le secret d’une nouvelle matière, conçue par un chimiste de la région, destinée à un constructeur allemand soucieux de réduire la masse de ses véhicules. Cette matière possède la propriété de gonfler à la chaleur obtenue lors du process de fabrication et du montage des carrosseries. Le but est de renforcer les performances des voitures en crash-test, puis en cas d’accident. La prouesse est d’éviter à ce matériau de gonfler au cours du cycle d’injection, qui nécessite de la chaleur.

"Nous disposons d’un bureau d’études et d’un laboratoire de contrôle particulièrement exigeant et outillé, explique Laurent Rocher. Nos clients apprécient nos compétences en matière de conception de moules, l’un des métiers à l’origine d’EMI." La PME exporte 75 % de ses productions, pour l’essentiel aux voisins suisses et allemands. La quasi-totalité des clients se trouve dans un rayon de 250 km autour de Saint-Louis, cité française voisine de Bâle.

Les produits de l’entreprise sont dédiés au bâtiment en grande majorité, notamment pour des équipements en faveur du photovoltaïque. EMI fournit des fabricants de connecteurs, à l’abri des variations subies par ce marché au stade de l’utilisateur final. L’automobile représente environ 20 % du chiffre d’affaires alors qu’un nouveau marché se précise : la PME va produire des équipements pour la start-up lyonnaise Maat Pharma, destinés à la gastroentérologie post traitement de cancers. Une diversification qui va contribuer à l’objectif annoncé par Jean-Pierre Wissler, dirigeant et fondateur de l’entreprise : doubler le chiffre d’affaires entre 2015 et 2020.

Didier Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle