L'Usine Matières premières

Le plastique dans la nasse européenne

Laurent Rousselle , , , ,

Publié le

A Strasbourg, les députés européens ont voté, mercredi 25 octobre, le projet de directive visant à réduire la quantité de plastique dans les océans. Si plusieurs emballages jetables sont dans le viseur, les mégots de cigarettes et les filets de pêche sont aussi concernés. Un manque à gagner de 3 milliards d’euros pour l'industrie de la transformation.

Le plastique dans la nasse européenne
La commission européenne estime à 22 milliards d’euros le coût environnemental de la pollution plastique jusqu’en 2030.
© Pixabay

Des plastiques moins nombreux dans les océans ? C'est ce que souhaite le Vieux Continent. "80% des déchets marins sont en plastique", selon la Commission européenne, à l’origine d’une directive portant sur la lutte contre la pollution marine. Présenté en mai, ce projet a été adopté par 571 eurodéputés, soit une large majorité. Dans le viseur : les plastiques à usage unique responsables de plus de 70 % des déchets marins. Parmi les dix produits considérés comme les plus polluants, six devraient être interdits : les couverts, assiettes, cotons-tiges, pailles, touillettes et tiges pour ballon devront être remplacés en 2021 par leur équivalent en matériaux durables.

Les sacs et emballages oxoplastiques à l’origine de micro-particules, ainsi que les contenants en polystyrène expansé utilisés dans la

restauration rapide, pourraient également disparaître après les négociations de ces prochaines semaines. Un manque à gagner de 3 milliards d’euros pour les transformateurs de la planète, signale Hervé Millet, directeur des affaires techniques et réglementaires Europe de l'Ouest de PlasticsEurope. Une goutte d’eau par rapport aux "350 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés par la filière européenne".

90 % des bouteilles recyclées en 2025

"Nous avons adopté la législation la plus ambitieuse qui soit contre les plastiques à usages unique", a déclaré avec satisfaction la rapporteure du projet et eurodéputée libérale belge Frédérique Ries, avant d’ajouter : "il nous revient désormais de maintenir le cap lors des prochaines négociations avec le Conseil".

D’autres produits pour lesquels il n’existe pas d’alternative, comme les emballages à usage unique pour les burgers, les sandwichs, les fruits, les légumes, les desserts et les glaces sont concernés. Si leur interdiction n’est pas à l’ordre du jour, les parlementaires souhaitent que les Etats membres en réduisent le nombre. Un objectif d’au moins 25 % est fixé d’ici à 2025. Le texte prévoit aussi que les pays portent un effort particulier au tri et au recyclage des bouteilles. 90 % d’entre elles devront être collectées séparément et recyclées d’ici 2025. Sans oublier leur bouchon qui devra être solidaire. En outre, les bouteilles destinées à l'alimentation devront intégrer un taux de 35% de plastiques recyclés. Une bonne nouvelle pour les recycleurs.

Rendre les cigarettiers responsables

Après l’interdiction, et les réductions… le projet prévoit aussi de responsabiliser les cigarettiers. Les industriels du tabac sont en effet à l’origine du deuxième produit à usage unique le plus jeté : le filtre à cigarette. Contenant du plastique, l’acétate de cellulose, le mégot peut polluer entre 500 et 1 000 litres d’eau et mettre douze ans à disparaître. Les parlementaires demandent que la quantité de plastique soit réduite de 50% en 2025 et de 80 % d’ici 2030.

En outre, suivant le principe de pollueur payeur, ils réclament aussi la mise en place d’une responsabilité élargie du producteur obligeant les manufacturiers à prendre, à leur charge, le traitement et la collecte de leurs déchets. Une participation qui s’adresse également aux fabricants d’engins de pêche dont les filets en plastique représentent 27 % des déchets retrouvés sur les plages européennes. En discussion à partir du 6 novembre, la directive doit être adoptée à la fin de l'année, avant les prochaines élections européennes.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte