Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le plan vélo instaure une indemnité kilométrique au bon vouloir des entreprises

Olivier Cognasse

Publié le

Le Premier ministre Edouard Philippe dévoile, à Angers, ce vendredi 14 septembre après-midi, le plan vélo du gouvernement avec 25 mesures. Celui-ci prévoit une indemnité kilométrique à prendre en charge par les entreprises, mais elle n’est pas obligatoire.

Le plan vélo instaure une indemnité kilométrique au bon vouloir des entreprises
Le Vélib' électrique en fabrication.
© photo pascal Guittet

La petite reine reste le parent pauvre de la mobilité urbaine. Les moyens manquent pour rouler en toute sécurité, malgré le développement encore insuffisant des pistes cyclables. Aujourd’hui, moins de 2 % des trajets domicile-travail se font en bicyclette, alors que, selon l’INSEE, plus de la moitié des personnes qui vivent à moins d’un kilomètre de leur lieu de travail et s’y rendent en voiture !

Le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre des Transports, Elisabeth Borne, se rendent ce vendredi 14 septembre après-midi à Angers (Maine-et-Loire) pour annoncer le plan vélo du gouvernement.

Parmi les 25 mesures prévues, l’indemnité kilométrique réclamée à cor et à cri par les associations de défense de la petite reine et les ONG va voir le jour. Cette mesure qui consiste à rembourser les déplacements domicile-travail effectués en vélo devient le forfait mobilité durable. Il s’élèvera à 200 euros par an dans le secteur public et sera généralisé. Il atteindra 400 euros pour le secteur privé, mais ne sera pas obligatoire. 

Loin des 200 millions d’euros réclamés

Si les associations se réjouissent de voir que le vélo puisse se développer et qu’il bénéficie enfin d’une véritable reconnaissance, les investissements annoncés par le gouvernement les laissent sur leur faim. Un fonds de 350 millions d’euros sur sept ans va être créé par le gouvernement. Soit 50 millions par an. Loin des 200 millions réclamés par les défenseurs de la bicyclette. Et aucun coup de pouce pour favoriser le développement du vélo électrique.

Ce fonds devrait servir à construire des tunnels et des ponts afin de franchir les obstacles des voies ferrées et des échangeurs autoroutiers.

Le double sens pour les vélos déjà appliqué depuis des années dans les zones à 30 km/h, notamment à Paris, sera généralisé en ville. Pour lutter contre le vol de vélos, véritable fléau français, un numéro d’immatriculation sera obligatoire et la SNCF devra construire des garages sécurisés à proximité des gares.

Pour sensibiliser la population à l’usage de ce moyen de locomotion, le gouvernement entend imposer que chaque élève de sixième sache rouler à vélo, grâce à des cours pratiques et l’apprentissage du code de la route. Histoire de pouvoir rouler entre copains en chantonnant "A bicyclette", de l'inimitable Yves Montand.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle