Le plan robotique de Montebourg est-il à la mesure de ses ambitions ?

Promesse faite. Promesse tenue. Arnaud Montebourg a présenté son plan robotique, à l’occasion du salon Innorobo, à Lyon. Toujours dans le consensus, le plan s’articule autour d’un comité de filière et de quelques investissements en R&D. Suffisant pour faire de la France un leader en 2020 ?

Partager
Le plan robotique de Montebourg est-il à la mesure de ses ambitions ?

On pouvait s’y attendre en ces temps de vaches maigres. Pas d’investissements massifs pour le plan " France robots initiatives " d’Arnaud Montebourg. Pas non plus d’action emblématique qui marque les esprits. En revanche, une série très complète de mesures, pragmatiques, pour aider les acteurs de la filière émergente à coordonner leurs actions et à les faire fructifier : création d’un "comité robotique, filière de demain" qui a tous les attributs d’un comité stratégique de filière sans en avoir le nom, ni le contrat ; lancement, à partir de 2014, d’états généraux annuels de la robotique, probablement en marge d’Innorobo ; investissement de 15 millions d’euros par la Caisse des dépôts dans le fonds Robolution Capital de Bruno Bonnell (PDG de Robopolis et président de Syrobo) et incitation pour le fonds FSN PME de CDC à regarder d’un bon œil les start-ups du secteur ; utilisation d’une partie des 150 millions d'euros sur les 5 technologies du numérique des Investissements d’avenir (logiciels embarqués notamment) ; lancement de défis de recherche via le futur agenda de recherche, présenté Par Geneviève Fioraso ; création d’une infrastructure de recherche dédiée et si possible de 5 laboratoires mixtes PME-Public sur les 100 prévus au plan Valorisation du ministère de la recherche. Est également prévu un soutien à achat public via appel à projet de déploiement (filière) et au programme Robot Start PME du Symop, qui vise à robotiser 250 PME.

"Bout à bout, les éléments de ce plan robotique pourraient mobiliser jusqu’à 100 millions d’euros", se félicite Bruno Bonnell. Pour lui, "c’est suffisant pour faire émerger la filière" et surtout "ce plan marque une vraie volonté politique". Certes, l’ambition affichée est forte : faire de la France un leader de la robotique de service d’ici à 2020. Et les priorités du plan assez claires : conforter et approfondir notre avance en matière de R&D ; soutenir l’émergence de nouveaux marchés ; favoriser les collaborations ; soutenir le développement des entreprises de la robotique. Mais fait-il le poids face aux plans robotiques de la Corée, de Taïwan ou des États-Unis, pour lesquels le discours de 2010 de Barack Obama en faveur de la robotique a marqué tous les esprits ?

Rien que le nom, France Robots Initiatives : il ne fixe ni l’échéance (cela aurait pu être France Robots 2020), ni l’ambition de leadership de la France. "Ce plan est important parce qu’il affirme une volonté gouvernementale d’y aller […]. C’est ce concept de haut-parleur, d’amplificateur de message qui est fédérateur. À nous, acteurs de la filière, de continuer de convaincre" reconnaît Bruno Bonnell. À eux, en effet, de se saisir de ce plan pour convaincre les grandes entreprises de les rejoindre, et les chercheurs de mieux valoriser leurs travaux… À eux aussi d’accepter de faire des choix. Car en matière de robotique de service, la France a des atouts à jouer dans trois domaines : sécurité défense, transport logistique et robot d’assistance. Or qui dit choisir, dit aussi renoncer. Et ça, pas sûr que le plan incite à le faire.

Aurélie Barbaux

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous Pression en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Saint-Paul-Trois-Châteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS