L'Usine Energie

Le plan de sauvegarde de CGG examiné le 20 novembre par le Tribunal de commerce

, , ,

Publié le , mis à jour le 07/11/2017 À 06H55

Comme CGG a reporté au 13 novembre son assemblée générale extraordinaire (AGE) devant se prononcer sur son plan de restructuration financière, le Tribunal de commerce de Paris a fixé au 20 novembre l'audience au cours de laquelle il doit examiner ce projet de plan de sauvegarde, annonce le groupe parapétrolier français lundi 6 novembre dans la soirée.

Le plan de sauvegarde de CGG examiné le 20 novembre par le Tribunal de commerce
Un navire Oceanic Sirius durant une étude sismique. Le Tribunal de commerce de Paris a fixé au 20 novembre l'audience au cours de laquelle il doit examiner la projet de plan de sauvegarde de CGG.
© Courtesy of CGG

Le Tribunal de commerce de Paris va se prononcer le 20 novembre sur le projet de plan de sauvegarde de CGG, a annoncé le groupe parapétrolier français lundi 6 novembre dans la soirée. Cette date prend en compte le fait que le groupe parapétrolier CGG a reporté au 13 novembre l'assemblée générale extraordinaire (AGE) qui doit se prononcer sur le plan en question. A cette date, CGG publiera également ses résultats financiers du troisième trimestre 2017.

CGG précise que le tribunal examinera également le 20 novembre le "recours formulé par certains porteurs d'Oceane à l'encontre" du plan de sauvegarde.

CGG veut éviter un placement en redressement judiciaire

Ce dernier se traduira de fait par la prise de contrôle du groupe par ses créanciers en raison de la conversion de la dette en capital, qui aura pour effet une dilution massive des actionnaires actuels.

Bpifrance, qui détient 9,35% du capital de CGG et 10,9% des droits de vote, DNCA (7,9% du capital et 7,8% des droits de vote) ainsi que l'IFP (0,49% du capital) se sont engagés à voter en faveur de ce plan.

Le spécialiste des services et équipements géophysiques a besoin de l'accord des deux tiers des actionnaires pour valider son plan et éviter son placement en redressement judiciaire. La direction de CGG estime qu'un rejet de ce plan pourrait conduire à moyen terme à un démantèlement du groupe, qui a subi de plein fouet la baisse des investissements des compagnies pétrolières après la chute des cours du pétrole.

Pour Reuters, Wilfrid Exbrayat

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte