Le plan de relance du blé dur à la peine

La production française de blé dur a reculé en 2018. Les surfaces pourraient, elles, encore diminuer. Le resserrement de l’écart de prix avec le blé tendre explique notamment ces difficultés. Un plan de relance est pourtant en cours.

Partager
Le plan de relance du blé dur à la peine
Les surfaces de blé dur pourraient connaître un nouveau recul.

En 2015, la filière céréalière se lançait, sous l’impulsion d’un plan décidé deux ans plus tôt par France AgriMer, l’établissement public des produits de l’agriculture et de la mer, dans un ambitieux plan destiné à redresser la production française de blé dur. L’objectif affiché était de doubler la production d’ici à 2025.

Las ! D’après le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, celle-ci a reculé de 16,7% entre les campagnes 2016-2017 et 2017-2018, à 1,7 million de tonnes (Mt). Bien loin des 3 à 3,5 millions espérés pour 2025. "L’écart de prix s’est très nettement resserré entre le blé tendre et le blé dur, ce qui pourrait en partie expliquer un recul des surfaces pour la campagne à venir", avertit déjà France AgriMer. Les surfaces ont perdu 6,9% lors de la dernière campagne.

Une étude menée par le cabinet Pollen Conseil pour l’établissement public sur les motivations des producteurs à produire du blé dur dans les zones traditionnelles (les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Occitanie, ainsi que les départements de la Drôme et de l’Ardèche) met en lumière les raisons de ce désamour. Depuis 2005, seules cinq campagnes (2009, 2012, 2014, 2015, 2016) ont enregistré une hausse des surfaces dans ces zones. La part de ces zones sur les surfaces emblavées en blé dur est passée de 80% en 2001-2002 à 50% en 2016-2017.

L’écart entre le coût de production du blé dur et du blé tendre s’élève en moyenne à 13%. L’écart de prix entre les deux cultures, d’environ 50 euros par tonne lors des trois dernières campagnes, est d’une dizaine d’euros depuis l’automne. "La décision de diminution de la production ne s’explique pas par le chiffre d’affaires lié au rendement mais par la rentabilité relative de la culture du blé dur dans le contexte spécifique de différentes situations d’exploitation agricole", expliquent les auteurs, qui ont étudié la situation de 83 exploitations.

Une culture exigeante en intrants et en travaux culturaux

31 producteurs interrogés ont déclaré une baisse voire un arrêt total de la production de blé dur depuis 2012, notamment pour modifier les rotations, se rabattre sur des cultures moins gourmandes en intrants et moins exigeantes en travaux, et gagner en rentabilité. Dans le Sud-Ouest, le blé tendre a tendance à remplacer les surfaces en blé dur perdues, tandis que l’ensemble des surfaces céréalières reculent globalement dans le même cas dans le Sud-Est.

21 producteurs ont accru leur surface en blé dur de 20% à 80% entre 2012 et 2017. Les plus gros producteurs (73 ha en moyenne) se déclarent satisfaits de la remontée des prix. Les producteurs moins importants (48 ha en moyenne) n’excluaient pas de faire le chemin inverse après la période de remontée des prix. La plupart des producteurs interrogés regrettent par ailleurs la "faiblesse" des aides versées pour inciter à la production de blé dur de qualité. L’Italie, premier producteur européen de blé dur, connaît aussi des difficultés.

A l’échelle mondiale, la production de blé dur devrait pour sa part progresser en 2018-2019, à 38 millions de tonnes selon le Conseil international des céréales.

0 Commentaire

Le plan de relance du blé dur à la peine

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS