Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Engie veut prouver que la transition énergétique est un business durable

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

En même temps que ses résultats 2018, Engie a présenté son plan stratégique 2019-2021. Il confirme la mutation du groupe vers les services énergétiques mais en  ciblant certaines entreprises et les collectivités dans un nombre plus restreint de pays et de villes.

Engie veut prouver que la transition énergétique est un business durable
Le 28 février à Londres, Isabelle Kocher a tenté de persuader les analystes financiers que la transition énergétique était un business d'avenir pour Engie.
© Guittet Pascal

On attendait une stratégie Engie 2030, suite à une grande consultation internationale interne et externe du même nom menée mi-2018 par le groupe. Il faudra se contenter d’un objectif global, "devenir le leader mondial de la transition zéro carbone", et d’un plan stratégique 2019-2021. "Mais ce que l’on vient de dévoiler, c’est la stratégie du groupe", a assuré Isabelle Kocher, la directrice générale d’Engie, lors d’une rencontre avec la presse en marge d’une journée investisseurs organisée le 28 février à Londres.

Se concentrer sur 3 secteurs

De fait, le plan 2019-2021 dévoile assez clairement comment Engie compte se développer après s’être totalement réorganisé entre 2015 et 2018, avoir cédé pour 15 milliards d’actifs carbonés (centrales thermiques à charbon et au gaz, activités GNL…) et avoir réinvesti 14,3 milliards dans une quarantaine d’entreprises pour compléter son offre de services énergétiques. Engie va désormais se concentrer sur trois secteurs, les solutions clients, les renouvelables et les réseaux de gaz et d’électricité. Le groupe va aussi cibler ses actions.

Cibler clients et géographies

D’ici à trois ans, Engie veut sortir de 20 pays, sur les 70 où le groupe est présent, là où ils pensent qu’il ne pourra pas se développer, pour des raisons politiques ou autres, mais sans préciser lesquels. Le groupe Français annonce aussi qu’il ne cherchera plus à se développer dans le secteur du grand public qu’il occupe principalement en France. Il vise désormais uniquement 500 entreprises et les collectivités locales, et va cibler ses investissements dans 20 pays et 30 grandes agglomérations.

Généraliser les contrats long terme

L’originalité du plan d’Engie tient dans la systématisation d’un modèle quasi-industriel appelé "as a service" par Engie pour ses trois secteurs clés. Le groupe ne veut plus se contenter de transporter et de vendre de l’énergie et des services d’efficacité énergétique. Sur ses trois secteurs clés, Engie va investir dans des infrastructures, des projet d’énergies renouvelables et des équipements industriels, tertiaires voire de mobilité, qu’il opérera pour proposer à ses clients des contrats à long terme de fourniture et stockage d’énergie, de réduction de consommation, de services bas carbone, etc. L’astuce financière pour réaliser tous ces investissements étant d’en revendre des parts une fois les projets construits à des fonds d’investissements cherchant des actifs de transition énergétique et accédant à des crédits moins chers.

Investir dans les projets

Sur ce modèle, Engie annonce qu’il compte investir de 11 à 12 milliards d'euros entre 2019 et 2021, dont 4 à 5 milliards d'euros pour les solutions clients, entre 2,3 et 2,8 milliards d'euros pour les renouvelables, entre 3,0 et 3,3 milliards d'euros pour les infrastructures et entre 1 et 1,2 milliard dans les énergies thermiques. Engie devrait aussi consacrer 4 milliards d’euros à des investissements de croissance externe et des acquisitions de petite envergure sur la même période.

Réduire encore les coûts

Pour les financer, Engie pense pourvoir céder pour encore 6 milliards d’euros d’actifs, principalement des centrales à charbon en Thaïlande et en Europe, dont "la centrale de Glow (en Thaïlande) sera une grosse partie", a précisé Isabelle Kocher, qui confirme la volonté de son groupe de se désengager totalement du charbon en cédant y compris les nouvelles centrales à charbon en construction au Chili et au Maroc, mais uniquement après avoir les avoir mis en service. Engie annonce aussi un nouveau plan de réduction de coûts de 800 millions d’euros sur trois ans, qui succède à un plan de 1,3 milliard. 

S'imposer dans les renouvelables

À défaut d’un plan stratégique à 2030, Engie a dévoilé des objectifs chiffrés à 3 ans. Ainsi, dans les énergies renouvelables, Engie va ajouter, d’ici à 2021, 9 GW (2GW de solaire, 6 GW d’éolien, 6,5 GW de biogaz et 0,5 GW d’offshore) à son parc actuel de 24,4 GW, dont 16,4 d’hydraulique. 50% de ces nouvelles capacités devront faire l’objet de contrat direct long terme privés (ou PPA) avec des entreprises. D’ici à 2026, Engie pense disposer entre 52 et 64 GW d’énergies renouvelables installés dans le monde. À noter qu’Engie conserve encore des actifs de production d’électrique thermique à gaz, à charbon qu’il cherche à vendre, et nucléaire en Belgique.

Démontrer la pertinence économique

Les résultats 2018, eux, étaient conformes aux attentes, avec une chute de 22 % de son bénéfice net à 1 milliard d’euros à cause de pertes de valeurs comptables liées à la production électrique nucléaire en Belgique et de dépréciation de la valeur d’actifs charbons. Pour 2019, Engie vise un résultat net entre 2,5 et 2,7 milliards d'euros. Suite à deux importantes acquisitions dans le domaine des services en Amérique latine les effectifs du groupe sont portés à 160 000 collaborateurs, dont 100 000 dans les services.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle