Le pistolet à essence : une "arme" de précision

- Le banal pistolet des stations-service est une pièce de précision et de sécurité, bourrée d'astuces simples, purement mécaniques.
Partager

Jusque dans les sixties, le pistolet des pompes à essence n'était qu'un robinet. C'est alors que M. Ehler, fils du fondateur d'Elaflex (fabricant de conduits flexibles, à Plettenberg, Allemagne), se préoccupe d'automatiser ce composant. Qui sort de ses mains dans sa forme quasi définitive : une poignée démarrant le remplissage ; un détecteur stoppant le débit juste avant que le réservoir ne déborde. Aujourd'hui encore, Elaflex équipe 95 % des stations-service européennes ! Les États-Unis étant le fief d'OPW. Comment ça marche ? Le débit de carburant crée une dépression au niveau du siège du clapet. Effet Venturi. Dans l'embout du pistolet est ménagé un canal, par lequel s'engouffre l'air, compensant la dépression. Dès que ce tuyau se trouve obstrué par l'essence, l'arrivée d'air est immédiatement interrompue, le vide se fait instantanément et une membrane déclenche la fermeture.

100 % mécanique

N'essayez pas ! Mais, normalement, le pistolet interrompt de même son jet lorsqu'il est positionné bec en l'air... grâce à une bille d'acier qui, par simple gravité, bloque une fois encore l'arrivée d'air.

Simple. Et surprenant en ces temps de règne du tout électronique. Car un pistolet à essence se doit d'être 100 % mécanique, pour ne pas créer la moindre étincelle.

Un exercice de topologie résolu en interne

En revanche, la pompe elle-même est une armoire informatique où se trouve déportée un peu de l'intelligence du "robinet". En particulier, le contrôle de l'aspiration des gaz. Car, dans le même temps que le réservoir se remplit, la vapeur s'évacue à l'air libre : dangereux et nuisible à l'environnement. D'où l'idée de collecter ces gaz vers la pompe, et jusque dans la citerne des stations. Les pétroliers s'engagent à récupérer cette vapeur, que certains valorisent.

Une pompe aspire la vapeur proportionnellement à la quantité d'essence délivrée. Précisément ! Pour ne jamais créer de surpression de gaz inflammable.

Le contrôle est mécanique (soupape proportionnelle) ou piloté par électrovanne. Le retour d'air se situe dans une fourchette de 95 à 105 % du volume de liquide, s'adaptant ainsi aux conditions de remplissage, entre - 25 et +45 °C.

Et côté utilisateur ? Déjà, le flexible creux fait place à un co-axe, fourni par Elaflex et Goodyear. Dans le flexible, la vapeur circule dans la gaine interne et l'essence à la périphérie. Au niveau de l'embout, c'est l'inverse ! Petit exercice de topologie habilement résolu dans les entrailles du pistolet.

Encore une fois, Elaflex a eu le nez creux, puisqu'il a sorti son pistolet avec exhausteur de gaz avant que la loi ne l'impose. Connu sous le petit nom de ZVA X200 GR, il permet cette fois à la firme allemande de rafler non pas 95 %... mais 98 % du marché européen des pompes écolos.

LE SAVIEZ-VOUS ?

- La récupération des gaz est apparue en Californie en 1976, pour s'imposer en Suède (décision de la ville de Göteborg) et en Suisse au début des années 1980. Puis en Allemagne, en Autriche... Pour reprendre l'initiative, Bruxelles impose alors un arrêté européen, adapté en droit français en 2001. Toute nouvelle station débitant plus de 3 000 m3 par an devra être équipé d'un retrofit. Soit près de 1 800 stations et 30 000 pistolets à changer !

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS