Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le pin maritime fait flèche de tout bois

,

Publié le

Aboutage de bois vert, production d'électricité grâce aux souches d'arbres, bioraffinerie à partir de la cellulose : différents projets autour du pin maritime prennent racine.

Vingt-trois projets sont sur les rails pour un budget global de 12 millions d'euros : le pôle de compétitivité aquitain Industries et pin maritime du futur trace son chemin. Objectif ? « Anticiper, tout en résolvant des problématiques immédiates, car nous avons des difficultés dans le sciage, avec des papeteries mondialisées et un pin maritime déconsidéré dans la construction », explique Pierre Morlier, le vice-président du pôle.

Viser la construction et la décoration

L'un des projets de R et D (Above ou aboutage bois vert du pin maritime) sera présenté le 17 juin prochain, à mi-parcours de son avancement. De quoi s'agit-il ? D'inverser la tendance. Les bois du Nord tiennent le haut du pavé dans la construction. Le pin maritime, très présent dans l'emballage, voudrait se recentrer sur ce créneau du bâtiment, comme sur celui de la décoration. Pour y parvenir, Above a été lancé. Un projet de 4 millions d'euros en vue de coller, avant séchage, des sections de bois vert purgées de leurs défauts, et d'obtenir ainsi de grandes longueurs. Des laboratoires de recherche (l'Institut du pin, le FCBA), des industriels (les palettes Beynel, la scierie Lesbats, les charpentes lamellés-collés Lamecol, les lambris et parquets FP Bois) se sont associés dans l'affaire. « Et ça marche bien ! Il y a dix ans, les projets collaboratifs n'auraient pu se faire. Aujourd'hui, il y a urgence à se rassembler et à se diversifier », confie Eric Plantier, le président de FP Bois (210 salariés, 27 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2007).

Le processus de collage est au point. Une plate-forme pilote de tronçonnage et d'aboutage de bois vert va être lancée sur le site de FP Bois, qui s'équipera d'une abouteuse et d'une tronçonneuse (laquelle subira des modifications pour s'adapter aux problèmes d'humidité et de résines, très présents dans les bois verts). Le coût global est estimé à 1,8 million d'euros. La région accorde une avance remboursable à hauteur de 900 000 euros. L'entreprise a bien l'intention de profiter de l'opportunité que constitue Above.

En attendant de se positionner sur le bois de construction, elle devrait commercialiser fin 2008, des lames de terrasses et bardages en grande longueur en pin maritime. FP Bois est aussi sur un autre projet de R et D du pôle (Plasmapal), qui réunit notamment le fabricant de plasma Arnaud et Axyz Technologie. Il s'agit de traiter les surfaces de bois par plasma froid. L'objectif étant de trouver des techniques plus avantageuses sur le plan environnemental. Non négligeable : la technologie du plasma devrait offrir une résistance et un accrochage des peintures et vernis plus importants en termes de longévité.

Les souches d'arbres, valeur énergétique

Du côté de la Cafsa, coopérative forestière réunissant des propriétaires d'Aquitaine, de Poitou-Charentes et du Limou- sin, une collaboration s'établit avec les usines Tembec à Tartas (Landes), Smurfit Kappa à Biganos (Gironde), et le laboratoire FCBA, sur la production d'électricité à partir de la biomasse, en ciblant les souches d'arbres, une ressource abondante dans le massif landais, pouvant entrer dans la fourniture d'énergie. « La souche n'est pas valorisée et pourrit dans le sol. Aucune expérience n'a encore été tentée pour porter la souche à l'échelle industrielle », indique David Cosme, le responsable bois énergie à la Cafsa.

Des idées novatrices

Mais des problèmes sont encore à régler : extraire les souches du sol, les débarrasser du sable, les découper et les amener aux camions, au bord des routes. Le constructeur Soerma a mis au point un outil d'extraction, à partir du cahier des charges de la Cafsa. L'outil coupe les racines latérales, procède à l'extraction, au secouage, pour enlever le sable, et réalise la fragmentation des souches pour diminuer la masse. « A la fin de l'année, nous serons capables de proposer un prix des souches rendues usines à nos clients », estime David Cosme.

Un autre projet prend racine, autour de la chimie verte et de la bioraffinerie, à partir de la cellulose. L'idée ? Utiliser le savoir-faire et les infrastructures papetières pour obtenir des fibres de cellulose qui, après fermentation, permettent d'arriver à la production d'éthanol. Sont partie prenante le papetier canadien Tembec et le danois Danisco, qui a réussi à faire largement diminuer le coût des enzymes pour fermenter les fibres de cellulose. L'Institut du pin en Gironde et l'Insa de Toulouse ont mené des travaux sur les cuissons et la fermentation des fibres de cellulose. 700 000 euros ont été avalés dans les études de l'hydrolyse de la cellulose et dans la fermentation des sucres. Reste à passer à l'échelle industrielle. « Nous allons mener une pré-étude pour définir les caractéristiques du pilote industriel », indique Jean-Claude Pommier, le coordinateur du projet. L'Ademe pourrait financer ce prépilote, néces- sitant un investissement de 626 000 euros. Le dossier est à l'instruction.

Si tout fonctionne, dans quelques mois, la décision sera prise de lancer ce pilote pour 8 millions d'euros. L'usine de pâte kraft de Tembec devrait l'accueillir. Seule ombre au tableau : « Nous n'avons pas trouvé de papetier en Aquitaine qui soit partant. Gascogne n'était pas intéressé. Tembec, lui, a sauté sur l'occasion. On laisse tomber l'Aquitaine sur ce dossier », lâche Jean-Claude Pommier. .

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle