L'Usine Auto

Le petit véhicule low-cost de Renault lancé en Inde dans un contexte économique morose

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Carlos Ghosn présente ce mercredi 20 mai un véhicule low-cost pour l’Inde. Très prometteur, le marché indien reste très complexe et connait depuis plusieurs mois un contexte morose.

Le petit véhicule low-cost de Renault lancé en Inde dans un contexte économique morose
L'usine Renault-Nissan de Chennai, en Inde.
© D.R. - Renault

Carlos Ghosn va dévoiler ce mercredi 20 mai à Chennai, dans le sud de l’Inde, le modèle qui va peut-être permettre à Renault d’asseoir un peu plus sa place de premier constructeur européen dans le pays. Le PDG de l’Alliance Renault-Nissan présentera officiellement un petit véhicule low-cost, concurrent des Maruti, Hyundai et autres Mahindra, qui dominent le marché indien. Ce lancement intervient cependant dans un contexte économique morose, sur un marché plein de promesses, pourtant rarement tenues.

Retrouvez également notre dossier sur le "Make in India"

Marché en berne

"Les perspectives de croissance de l’Inde sont très fortes, mais le marché a patiné ces dernières années. C’est clairement moins bien qu’espéré", constate François Jaumain, associé chez PwC et responsable du secteur automobile. Le pays compte 1,29 milliard d’habitants pour seulement 2,57 millions de véhicules vendus en 2014. A titre de comparaison, 23 millions de véhicules se sont écoulés en Chine l’année dernière, avec une population à peine supérieure. Le manque d’infrastructure, le trafic chaotique des grandes villes mais aussi les taux d’intérêts élevés expliquent ces ventes décevantes. Les élections générales de 2014 ont également pesé en concession. "Les consommateurs étaient dans l’expectative, face notamment à une importante instabilité fiscale, ce qui est toujours défavorable, ajoute François Jaumain. En 2015, les ventes sont légèrement reparties". Le marché a en effet grimpé de 8% en avril, mais suite à un mois d’avril 2014 aux ventes très basses.

Low-cost

Face à ce marché compliqué, les constructeurs ne sont pas tous égaux. Le marché est dominé par Maruti-Suzuki, spécialiste des petits véhicules très bon marché (aux environs de 2,5 lakhs, soit 3445 euros). En avril, la best-seller incontestée de l’association nippono-indienne, l’Alto, trustait à elle seule 28% du marché. C’est ce type de véhicule que vise Renault avec son petit véhicule low-cost. "La concurrence est très rude, mais la marque Renault a une très bonne réputation", souligne François Jaumain.

L'Exportation pour soutenir la production

D’autres constructeurs ne peuvent jouer cette carte. Volkswagen par exemple réfléchit depuis des années sur un petit véhicule low-cost, mais n’a pas pour le moment trouvé de business-model convaincant. Résultat : l’allemand essaie de rentabiliser son outil industriel en exportant en Asie du Sud-Est 62% de sa production. Idem pour Nissan, qui a exporté plus de 70% de sa production ! Les taux d’utilisation des usines restent très bas dans le pays, en moyenne à 58% des capacités installées. PwC prévoit qu’en 2020, le chiffre grimpe à 77%, soit à peine au-dessus du seuil de rentabilité.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte