Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le PDG de Dassault Aviation nuance le partenariat avec Reliance après la polémique sur les Rafale en Inde

Simon Chodorge , ,

Publié le

Le 11 octobre, le PDG de Dassault Aviation, Éric Trappier, a pris la parole sur le partenariat polémique entre l'avionneur français et Reliance en Inde. Après des soupçons sur un accord imposé ou une usine fantôme, le patron nuance ses activités avec l'associé controversé.

Le PDG de Dassault Aviation nuance le partenariat avec Reliance après la polémique sur les Rafale en Inde
Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation.
© Guittet Pascal

Dassault Aviation clarifie son partenariat polémique avec l’Indien Reliance. Le jeudi 11 octobre, dans un entretien avec l’AFP relayé sur le site de l’entreprise, le PDG Éric Trappier s’explique sur ses activités en Inde. Un jour plus tôt, le site Mediapart minimisait le rôle de “l’usine ultra-moderne prévue par la joint-venture de Dassault avec son associé indien Reliance”. En septembre, le média révélait également de possibles pressions du gouvernement indien sur le choix du partenaire Reliance.

Dans cet entretien, le PDG de l’avionneur révèle que la coentreprise DRAL formée par Dassault Aviation et Reliance représente environ 10% des compensations prévues dans le cadre du contrat avec le gouvernement indien. Pour rappel, l’accord de gouvernement signé en septembre 2016 prévoit la vente de 36 Rafale à l’Inde pour 8 milliards d’euros.

“Conformément aux règles en vigueur en Inde (Defence Procurement Procedure), et comme il est fréquent dans ce type de vente, Dassault Aviation s’est engagé à réaliser des offsets (investissements compensatoires) à hauteur de 50 % de la valeur du marché”, a rappelé l’entreprise française dans un communiqué le 10 octobre.

Dassault Aviation a conclu une trentaine de partenariats en Inde

Le PDG de Dassault Aviation essaye-t-il de minimiser les activités menées avec son associé Reliance ? Il déclare : “Nous sommes en négociation avec une centaine d’entreprises indiennes, dont une trentaine avec lesquelles des partenariats ont déjà été conclus.”

Le choix de Reliance comme partenaire au détriment de l’entreprise publique Hindustan Aeronautics Limited (HAL) a fait polémique en Inde. L’opposition a reproché une proximité entre le Premier ministre et HAL. Des soupçons redoublés par les informations de Mediapart sur une possible pression du gouvernement indien pour choisir Reliance.

Éric Trappier justifie néanmoins ce choix : “Dassault Aviation a décidé de s’implanter durablement en Inde au travers de DRAL, coentreprise dont la gouvernance est assurée par un [directeur exécutif] indien et un [directeur des opérations] français. Dassault Aviation exerce ainsi le contrôle technique et industriel des opérations, en appliquant ses standards et sa flexibilité.”

Des premières pièces de Falcon 2000 attendues fin 2018

Est-ce que ces explications suffiront à dissiper les doutes sur un mariage forcé avec Reliance ? Le PDG français exprime son calme : “Les polémiques sont désolantes mais nous sommes sereins. Les choses avancent vite.” L’usine DRAL de Nagpur doit produire des premières pièces de Falcon 2000 pour fin 2018.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle