Le PDG de Boeing juge qu'il lui faudra du temps pour regagner la confiance des clients

Le PDG de Boeing reconnaît les erreurs de l'entreprise. Dimanche 16 juin, à la veille de l'ouverture du salon aéronautique du Bourget, Dennis Muilenburg s'est exprimé sur la crise traversée par le groupe américain avec l'immobilisation du 737 MAX.

Partager
Le PDG de Boeing juge qu'il lui faudra du temps pour regagner la confiance des clients
Dennis Muilenburg, PDG de Boeing.

Avant l'ouverture du salon aéronautique du Bourget, Boeing cherche les mots pour redorer son blason. Dimanche 16 juin, le président du groupe américain a jugé que l'avionneur américain avait commis une erreur en mettant en place un système d'alerte de cockpit défectueux sur le 737 MAX et qu'il lui faudrait du temps pour rétablir la confiance des clients dans la sillage de deux accidents mortels.

Dennis Muilenburg a estimé que Boeing n'avait pas réussi à communiquer correctement avec les régulateurs et les clients. Le dirigeant a toutefois défendu l'approche globale d'ingénierie et de conception du logiciel au centre des enquêtes sur les accidents de l'appareil. Boeing a déclaré avoir suivi des procédures d'ingénierie de longue date lors de la conception du 737 MAX.

Il a également reconnu que la société avait commis une erreur en omettant de divulguer aux régulateurs et aux clients son voyant d'avertissement de cockpit défectueux sur son 737 MAX, ajoutant que cet échec faisait partie des revues menées par les régulateurs mondiaux.

Le 737 MAX de nouveau opérationnel en 2019 ?

Dennis Muilenburg, sous le feu des critiques pour la conception du 737 MAX et la gestion de la crise par Boeing, a dit constater avec le temps "une convergence croissante des régulateurs" sur la date de remise en service de l'appareil.

Il a déclaré s'attendre à ce que le 737 MAX soit de nouveau opérationnel en 2019 et à ce que 90% des clients aient participé à des sessions de simulateur avec son logiciel MCAS mis à niveau, la société préparant bientôt un vol de certification avec les régulateurs.

"Nous pouvons apporter des améliorations"

Interrogé sur l'incapacité apparente des procédures à détecter les défauts apparents du logiciel de contrôle MCAS et de l'architecture des capteurs, Dennis Muilenburg a déclaré: "Il est clair que nous pouvons apporter des améliorations, nous le comprenons et nous les apporterons."

Il a ajouté: "Lorsque je fais des commentaires sur la conception précédente du MCAS et sur la manière dont nous avons suivi ces processus, nous y avons longuement réfléchi et nous avons mené une analyse approfondie. Cela ne veut pas dire que cela ne peut pas être amélioré."

Principal objectif au Bourget, la sécurité

Les commentaires de Dennis Muilenburg à la veille du salon aéronautique du Bourget soulignent les efforts déployés par Boeing pour changer de ton par rapport à celui employé dans les jours qui avaient suivi le crash de Lion Air en octobre 2018, lorsque le groupe avait suscité des interrogations sur des problèmes de pilote et de maintenance.

Le dirigeant a également déclaré que l'avionneur américain devrait annoncer quelques commandes lors du salon pour des jets à large fuselage mais que son principal objectif lors du rassemblement de l'industrie cette année était la sécurité.

Il table sur un marché de 8700 milliards de dollars pour les produits et services de Boeing sur 10 ans, contre 8100 milliards de dollars prévus par Boeing en 2018, et sur un besoin de 44 000 avions commerciaux au cours des 20 prochaines années, contre 43 000 prévus en 2018.

Avec Reuters (Benjamin Mallet pour le service français)

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS