Le pdg d'Airbus clashe publiquement Zodiac

Alors que la crise industrielle de Zodiac semblait se résorber, Airbus annonce que l’A330neo se fera sans l’équipementier. Le patron de l’avionneur est de plus en plus virulent face à son fournisseur.

Partager


Fabrice Brégier - Crédits Pascal Guittet

Le "Zodiac bashing" n’a jamais semblé aussi intense. Alors que le patron d’Airbus, Fabrice Brégier, tance publiquement l’équipementier Zodiac depuis le début de l’année 2015, il a profité de la présentation des résultats commerciaux mardi 12 janvier pour faire part de son mécontentement.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Nous avons beaucoup souffert avec Zodiac, a-t-il affirmé sans même attendre les questions des journalistes. J’espère qu’ils feront mieux cette année!". Une référence directe aux retards de livraisons de sièges qui plombent l’activité de Zodiac depuis plus d’un an et qui touche le dernier-né d’Airbus, l’A350. Et le début d'un festival de remontrances...

Et Fabrice Brégier de préciser peu de temps après sa première pique qu’Airbus avait écarté Zodiac du programme A330neo, qui va peu à peu remplacer l’A330ceo. "Le but n’est pas de punir, a expliqué le patron d’Airbus. Un groupe qui est en difficulté et qui demande à avoir de nouvelles commandes, ce n’est pas sérieux. C’est aussi simple que ça. Ma réaction est de dire tu n’auras plus de nouvelles commandes pendant un certain temps et tu te concentres sur ce que tu as déjà à faire. Ce n’est pas une crise d’autorité. J’ai besoin de Zodiac et j’en aurai besoin pour l’avenir".

Airbus en difficultés sur plusieurs programmes

Loin de s’arrêter là, Fabrice Brégier a tenu à enfoncer le clou, en aparté de la conférence de presse. "C’est un groupe qui a du potentiel. Mais sa crise industrielle qui devait être terminée à l’été 2015, c’était du pipeau!".

Zodiac avait en effet fixé comme objectifs de résorber l’ensemble de ses retards de livraisons fin août 2015. Si l’équipementier est parvenu à faire passer le retard de 6000 sièges début 2015, puis à 1700 en septembre, il atteignait encore un niveau de 500 sièges en novembre dernier.

Le patron d’Airbus est encore revenu sur les retards qui ont touché l’avionneur au niveau de plusieurs programmes. "Un groupe comme Zodiac a les capacités de réagir. Mais c’est vrai qu’ils nous ont mis en difficultés en 2015, pas seulement sur l’A350. On leur a fait confiance très largement sur l’A350. Ils fournissent tous les toilettes et beaucoup de sièges qu’on avait promus dans notre catalogue mais qui posent des problèmes de qualités. Je pense que ces messages ont déjà été passé avant au top management de Zodiac et j’ai bon espoir qu’ils aient été entendus et que des actions soient menées". L’Usine Nouvelle est revenu en détail sur le plan de redressement Focus de Zodiac.

Entre 20 et 30 fournisseurs qui posent problème

Les yeux rivés sur le niveau des livraisons (pour lequel Airbus est encore loin derrière Boeing), Fabrice Brégier a terminé ses commentaires sur Zodiac par quelques phrases assassines. "J’espère que Zodiac redeviendra performant d’un point de vue industriel, a-t-il insisté. Ce n’est pas si compliqué que ça. C’est moins compliqué que de faire un avion ! Ce que je demande à Zodiac, c’est qu’il revienne très vite au niveau d’exigence de l’aéronautique. Sinon il ne faut pas faire de l’aéronautique". Le message est clair.

Conscient du bashing insistant envers Zodiac, Fabrice Brégier a toutefois précisé que Zodiac n'était pas le seul maillon faible de la la chaîne d'approvisionnement: entre 20 et 30 partenaires industriels d’Airbus ont aussi des difficultés, dont des filiales d’Airbus. "Mais elles n’ont pas bloqué les productions", a-t-il ajouté. Et de conclure, à propos de Zodiac bien sûr : "Je pense qu’ils vont y arriver et vont réussir à rebondir ".

Olivier James

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS