L'Usine Energie

Le paysage solaire européen a un point noir, la France

Manuel Moragues ,

Publié le

Quel est le pays qui fait un grand vide dans la répartition géographique des centrales solaires de plus de 1 mégawatt en Europe ? Un indice : c'est le pays qui a mené la COP21.

Le paysage solaire européen a un point noir, la France © Cap Vert Energie

A croire que le soleil, comme le nuage de Tchernobyl, s’arrête aux frontières de la France. Cette carte établie par La Tene Maps, représente les installations photovoltaïques de plus de 1 mégawatt opérant en Europe (à mi-2014).

La France apparaît comme un grand vide au cœur de l’Europe ! Passe encore pour l’Espagne et l’Italie, que l’on peut renvoyer à leur bel ensoleillement. Mais la Belgique ? La République tchèque ? Et l’Allemagne, où les auteurs ont dû se restreindre aux centrales de plus de 2 mégawatts pour ne pas colorier le pays tout en jaune… 


Localisation des installations photovoltaïques de plus de 1 mégawatt de capacité (plus de 2 mégawatts pour l'Allemagne) à mi-2014 - Source : La Tene Maps

L’Angleterre et son climat a priori plus propice au golf qu’au photovoltaïque viennent porter le coup de grâce. Et avec plus de 3 000 mégawatts installés en 2015 au Royaume-Uni et 1 400 en Allemagne, contre moins de 1 000 en France, la prochaine édition de la carte ne fera que creuser le trou français.

L’édition 2016 du colloque annuel du Syndicat des énergies renouvelables se tient jeudi 4 février à Paris. Il s’intitule "Poursuivre l’accord de Paris et réinventer l’énergie". En France aussi ?

Manuel Moragues

 

Réagir à cet article

8 commentaires

Nom profil

12/02/2016 - 16h57 -

Excellent article. Tout y est de manière remarquablement synthétique. Percutant. Il est grand temps que la France se réveille.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/02/2016 - 20h02 -

"Est-ce pour des raisons de réglementation , d'investissement , de compétitivité , de surcapacité , d'organisation public/privé industriel , ..."

Pour toutes ces raisons cumulées, l'absence de visibilité due aux changements abrupts de réglementation et à la fluctuation des investissements pour les industriels du secteur qui pourtant sont installés depuis longtemps (Photowhatt depuis 1979), fait qu’ils ne peuvent rivaliser avec des entreprises chinoises et taïwanaises qui inondent le marché de cellules solaires à bas coût financées par des aides d'Etat.
Et l’éclatement de la bulle des investissements solaires avec la crise de 2009 a conduit à la consolidation de surcapacités de production en Asie, et à la cession ou destruction de l’industrie européenne (Q-Cells pourtant leader mondial allemand cédé à un grand groupe Coréen Hanwha).

Sans compter l’attitude de girouette des institutionnels, des financiers et autres grands groupes industriels qui ont mis un terme de manière brutale à des investissements massifs dans l’industrie solaire avec pertes et fracas (BP Solar fermée en 2011, Siemens en 2013, Saint-Gobain et Shell Solar JV Avancis revendue en 2014 à un groupe Chinois CNBM).
Répondre au commentaire
Nom profil

10/02/2016 - 19h41 -

"A croire que le soleil, comme le nuage de Tchernobyl, s’arrête aux frontières de la France."
Tout à fait bien formulé M. Moragues, vous relevez le niveau d'hypocrisie des élites scientifiques issues de votre cursus !

Tori, il ne s'agit pas seulement d'une auto-critique mais d'une prise de conscience indispensable d'autant plus que les forces de lobbying anti-renouvelables sont fortement ancrées dans la société française ingénieure et scientifique.
Pour avoir moi-même naïvement adhéré à une association SLC - Sauvons le Climat! - qui, sous couvert de lutte contre le changement climatique, pratique en réalité un lobbying pro-nucléaire farouchement opposé au développement des énergies renouvelables en France. Association controllée par d'anciens ingénieurs et scientifiques en physique de l'atome du CEA, celà se passe de commentaires...
Répondre au commentaire
Nom profil

06/02/2016 - 20h16 -

En France, le solaire ne sert quasi à rien. Il génère de l'électricité en été, quand nous en avons déjà trop, quand quasiment tous les moyens thermiques sont déjà éteint et il ne génère quasiment rien en hiver, lors des pointes de consommation. Même en été, il ne génère rien pendant la pointe de 19h. Sa capacité à effacer du CO2 étant quasi nulle, le coût par tonne de CO2 effacée est prohibitif.
Répondre au commentaire
Nom profil

05/02/2016 - 14h43 -

Merci pour la vérification de vos chiffres. Mais cette article n'est-ce pas juste du french bashing ?!
"La france point noir" , "le pays qui a mené la cop21"
signifiant qu'elle est nul et en plus donneuse de leçon.
C'est quoi le but dire que l'on est en retard et pas même un début d'explication derrière ?

est-ce pour des raisons de réglementation , d'investissement , de compétitivité , de surcapacité , d'organisation public/privé industriel , ... nous n'en saurons rien.

Cette article est juste là pour dire que nous sommes nul et qu'en plus ça vas durer.
Répondre au commentaire
Nom profil

05/02/2016 - 10h59 -

Cher lecteur, les volumes d'installation cités sont issus du ministère britannique de l'énergie et du climat, de RTE et de l'agence allemande des réseaux.

J'attire enfin votre attention sur l'évolution notable qu'ont connu les coûts du photovoltaïque depuis 2007. Il faut aujourd'hui compter autour de 1 million d'euros le mégawatt.

Cordialement
Répondre au commentaire
Nom profil

04/02/2016 - 23h30 -

le photovoltaïque au sol fait l'objet d'un appel à projet national faiblement doté qui privilégie la zone Sud par logique d'exposition; par ailleurs le photovoltaïque au sol ne peut plus être installé France que sur d'anciennes carrières ou des sols industriels pollués pour lutter contre la perte des zones agricoles et naturelles : ainsi le seul projet en Région Centre est ancien ( CHAILLAC (36) sur les anciennes carrières de barytine), les autres projets ont tous été rejetés par l'appel à projet depuis 5 ans parce que trop au Nord : n'allez pas chercher plus loin le pourquoi de cette cartographie pour la France
Répondre au commentaire
Nom profil

04/02/2016 - 17h10 -

Vos chiffre sur les parcs installés par pays sont bidon mais passons.

combien coute 1mw de photovoltaïque ? Au portugal ils ont installé 11mw avec un investissement de 61 millions en 2007 , je vais utiliser cela comme base. Ca nous fais 5 millions d'euros le MW photovoltaique.
Un EPR cela coute combien ? 9 milliards , soit l'équivalent de 1800mw de photovoltaïque.

Déjà un début de réponse.
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte