L'Usine Maroc

Le patronat marocain fait sa rentrée en vidéo avec la loi de finances 2015 en vue

,

Publié le

Document La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a discuté lors de son conseil d'administration du vendredi 19 septembre d'une série de propositions concernant la relance de l'économie, relayées en vidéo. Même si peu d'idées concrêtes sont dévoilées, l'enjeu est d'influer sur le prochain débat concernant la loi de finance 2015.

Le patronat marocain fait sa rentrée en vidéo avec la loi de finances 2015 en vue
Miriem Bensalah Chaqroun, présidente du patronat marocain. La CGEM fait sa rentrée par video interposée.

A quelques semaines de la présentation par le gouvernement marocain du projet de loi de finances 2015 (PLF 2015) au parlement, la CGEM  (Confédération générale des entreprises du Maroc) s'active. Et le fait savoir en images sur son site web (tout neuf).

La confédération a tenu un conseil d'administration le vendredi 19 septembre. Et dans la foulée vient donc de mettre en ligne une vidéo rassemblant les interventions de quelques uns de ses dirigeants, sa présidente Miriem Bensalah Chaqroun en tête. Objet : livrer les attentes des patrons vis-à-vis de la politique économique et sociale du gouvernement d'Abddelilah Benkirane.

La CGEM dit se reférer, dans son approche, au discours du 20 août du roi le mentionnant notamment sur la compétitivité des entreprises, à la note de cadrage du Chef du gouvernement de mi-août, aux conclusions de l’étude de la CGEM "sur les leviers de la compétitivité des entreprises" et enfin sur le Plan d'accélération industrielle, présenté le 2 avril par Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'industrie.

Les propositions, peu détaillées, portent sur la fiscalité ou les questions sociales.

IS ET TVA 

Concernant le PLF 2015, la CGEM réclame notamment la mise en place "d'ajustements fiscaux portant sur l’IS et la TVA" et des mesures visant à favoriser l’intégration des TPE dans l’économie formelle et encourager la création de nouveaux emplois.

La Confédération met l'accent aussi sur ce qu'elle appelle "l'amélioration de l'équité fiscale".

En cause notamment : la nécessité selon elle "d'actionner de manière effective et simplifiée les remboursements par l'Etat des crédits de TVA aux entreprises afin de permettre à ces dernières de soulager leur trésorerie." Les remboursements  totaux ou partiels de TVA sont fréquents au Maroc, même si le gouvernement l'an dernier avait pris des mesures pour améliorer la situation.

Certains médias marocains, dont le quotidien L'Economiste indiquent que le patronat plaiderait aussi auprès du ministère de l'Economie et des finances Mohammed Boussaïd pour obtenir des mesures de soutien à l'investissement, via par exemple des exonérations fiscales pour les bénéfices réinvestis.

En matière sociale, concernant le sujet des retraites, alors qu'une réforme est en cours et que la caisse des retraites s'inscrit cette année pour la première fois dans le rouge, la CGEM milite pour "une séparation stricte entre le régime de retraites applicable aux salariés du secteur public" et ceux du privé.

Rappelons par ailleurs que le SMIG a augmenté ce début juillet de 5% première étape d'une relèvement total de 10% d'ici mi-2015.

contexte assez tendu avec les syndicats

Plus globalement pour Jamal Belahrach, président de la commission emploi et relations sociales, la "situation exceptionnelle" que traverse l'économie marocaine nécessite des réponses tout autant exceptionnelles. Les discussions autour de sujets comme l'encadrement du droit de grève (loi organique à élaborer), l'évolution du code du travail, ou le modèle de compétitivité marocain doivent , selon lui, se faire dans un climat de confiance entre salariés, syndicats et chefs d'entreprise. 

Cette "sortie" médiatique de la CGEM intervient dans un contexte assez tendu entre gouvernement et syndicats et à la veille d'une grève annoncée pour ce mardi 23 septembre par les centrales UGTM et FDT surtout présentes dans le secteur public.

Autre, hasard du calendrier se tient ces 22 et 23 septembre à Rabat un colloque à l'occasion des 10 ans d'existence du code du travail marocain... un code que la CGEM aimerait voir réformer mettant en cause notamment ses imprécisions.

Nasser Djama avec P.-O. Rouaud

 

Vidéo de rentrée CGEM publiée le 20 septembre (en français et en arabe)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte