Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le patron du Gifas "choqué" par la passivité de l’Europe face à l'activisme des Etats-Unis

Olivier James , , , ,

Publié le

Si la filière aéronautique française se porte bien, le contexte international inquiète les industriels. En particulier concernant l’activisme des Etats-Unis qui fait encore défaut aux pays européens.

Le patron du Gifas choqué par la passivité de l’Europe face à l'activisme des Etats-Unis
Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation et président du Gifas
© Guittet Pascal

A première vue, l’horizon semble dégagé. Un chiffre d’affaires de 64 milliards d’euros (+6%) dont 44 milliards d’euros à l’export, un solde excédentaire de 17 milliards d’euros, des commandes à 68,2 milliards d’euros (-5%), pas moins de 12 000 recrutements : en 2017, la filière aéronautique française est en pleine forme, comme l’a résumé jeudi 12 avril le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) lors d’une conférence de presse organisée à Paris. Une bonne santé qui s’explique surtout par les succès commerciaux d’Airbus – le civil représente 76% des ventes de la filière – et les livraisons croissantes à l’export du Rafale de Dassault Aviation.

Aux anges, les dirigeants de la filière ? Pas vraiment : la multiplication des incertitudes liées au contexte international inquiète les industriels, et en premier lieu l’attitude des Etats-Unis. D’autant que les pays européens peinent à faire front commun. "La pseudo guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine avec des mesures protectionnistes, qui peuvent naître de part et d’autre, est de nature à nous inquiéter", a reconnu Eric Trappier, président du Gifas et patron de Dassault Aviation.

Un appel à la mobilisation européenne

Et le dirigeant de pointer du doigt le coup de pouce fiscale des Etats-Unis à leurs industries : "la réforme fiscale américaine soutient fortement l’industrie, avec notamment l’impôt sur les sociétés qui est passé de 35% à 21% de manière immédiate". Une baisse également programmée en France dont il se félicite pour la compétitivité des industriels. Mais les craintes du GIFAS dépassent le seul cadre de la fiscalité. L’extension du champ du CFIUS, dispositif américain qui permet de contrôler les investissements étrangers au sein des sociétés américaines, est jugé comme une mesure "indirectement protectionniste" dans la mesure où son domaine d’application est étendu.

Des conséquences directes liées à l’arrivée de Donald Trump au pouvoir ? "Les Etats-Unis ont toujours eu une politique agressive en termes d’exportation, ça ne date pas de Donald Trump, juge Eric Trappier. L’Amérique défend l’Amérique, et ce n’est pas choquant. L’Amérique soutient Boeing, il n’y pas de doute, mais aussi Gulfstream […] ainsi que les fabricants d’hélicoptères et d’avions de combat". Et de préciser : "ce qui est nouveau, c’est que Donald Trump le dit et il le fait". Un protectionnisme soutenu, qui plus est, par la baisse du dollar. "Cette situation ne me choque pas, continue Eric Trappier. Ce qui me choque, c’est que l’Europe ne fasse pas la même chose". Le patron du Gifas appelle à ce que l’Europe se mobilise pour des projets européens.

Un début de prise de conscience à Bruxelles

"Il faut une réciprocité dans nos relations, ajoute-t-il en aparté de la conférence de presse. Il ne faut pas être naïf et il faut surtout que la mobilisation européenne soit forte". Raison pour laquelle il se réjouit de la création du fonds européen de la défense, annoncé en 2017. "Je sens qu’à Bruxelles, qu’au Parlement européen et qu’à la commission européenne, il y a une prise de conscience forte", estime Eric Trappier.

Les pays européens seront-ils capables de s’allier dans des projets communs, en particulier dans la défense et le spatial ? Il y a encore du chemin à parcourir alors que le projet franco-britannique de futur drone de combat semble au point mort – victime collatérale du Brexit, que la coopération avec l’Allemagne sur le système de l’aviation de combat du futur n’en est qu’à ses premiers pas. L’Europe est également à la peine sur Ariane 6 : le PDG d’ArianeGroup a récemment déploré l’attentisme des états européens à passer les premières commandes.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

17/04/2018 - 12h52 -

Ce qui m'étonne c'est qu'il s'étonne ?! Il ne faut pas y voir une forme d'échec c'est simplement que l' UE n'a jamais eu vocation à faire contrepoid au USA , De gaulle le dénonçait déjà dans son discourt sur le "fédéraliste extérieur". Les membres de l'UE qui ont par les traités successifs transféré leurs souverainetés ont aussi renoncé au développement des instruments de celle ci. C'est clair et net avec le spatial, le GPS européen Galiléo par exemple a uniquement une vocation commercial , Ariane 6 de même alors que la très française Ariane 5 avais le potentiel d'envoyer des homme dans l'espace. Le F-35 est un parachèvement de ceci , le système de maintenance centralisé ALIS moucharde toutes activitées des pays qui l'utilise à son constructeur. Les USA pourront bloquer le décollage des appareils à distance ils rendent ainsi impossible d'attaquer ou de se défendre sans leur consentement , un tel niveau de soumission c'est du jamais vu dans l'histoire.
Répondre au commentaire
Nom profil

03/05/2018 - 11h44 -

Exactement. Le soi-disant cadre européen est celui de l'absence de volontarisme et de l'asservissement consenti, par choix idéologique de la Commission en particulier. À peu près aussi efficace et improductive qu'une holding. De plus, on a brisé la cohérence du lien entre la diplomatie, la monnaie et la politique du commerce extérieur. Résultats : déficit abyssal, destruction de la part de la valeur ajoutée industrielle, régression de notre part du marché mondial, agriculture en sursis, endettement etc. En contrepartie, extraterritorialité du droit américain (cf amendes aux banques, retrait PSA d'Iran en 2012, exportations du Rafale soumises au bon vouloir US...), envahissement des normes anglo-saxonnes, abandons successifs de nos fleurons et concentration industrielle accrue en Allemagne, devenue de ce fait bassin d'emploi principal. Le renversement de la courbe du commerce extérieur depuis 1998, à elle seule, résume tout!
Répondre au commentaire
Nom profil

15/04/2018 - 10h05 -

L' activisme des US est surtout dans la recherche, ce qui leur permet d' avoir un temps d' avance dans les performances de leurs créations relativement à ce que fait le reste du monde. C' est une constante depuis longtemps. Le dernier exemple est le F35 dans lequel se sont investit une quinzaine de pays dont plusieurs en Europe, et pour longtemps. Ils en ont su suffisamment sur ce programme pour réaliser que ce n' est pas demain que l' on pourra faire nettement mieux, même aux US. Il n' est pas un journaliste, un politique, pour parler objectivement du F35. Ils ne sont capables que de critiquer ou d' éviter le sujet.
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus