Le patron de Samsung rattrapé par le scandale de corruption politique en Corée du Sud

Le vice-président de Samsung Jae-yong Lee, qui dirige effectivement le conglomérat, est convoqué par la justice coréenne. Il est suspecté d’agissements de trafic d’influence dans le cadre du scandale de corruption politique qui secoue la Corée du Sud.

Partager
Le patron de Samsung rattrapé par le scandale de corruption politique en Corée du Sud
Jae-yong Lee, vice-président de Samsung, dans la tourmente

L’étau se resserre autour de Jae-yong Lee, vice-président de Samsung. Ce jeune loup de 48 ans, présenté comme le prince héritier du conglomérat coréen, est convoqué par les juges le 12 janvier 2016 dans le cadre de l’enquête sur le scandale de corruption politique qui secoue la Corée du Sud depuis novembre 2016. Il est suspecté d’être personnellement responsable de trafic d'influence.

Fusion controversée

Officiellement, Jae-yong Lee n’est que le numéro deux de Samsung. Mais depuis la crise cardiaque de son père Kun-hee Lee en 2014, il assume la réalité du pouvoir à la tête du conglomérat. A ce stade, les juges ne précisent pas s’ils vont se contenter de l’interroger ou s’ils envisagent ensuite de l’emprisonner.

Samsung a reconnu avoir versé 25 millions de dollars à la fondation de Soon-sil Choi, une proche de la Présidente de la République Geun-hye Park, surnommée en Corée du Sud de « Raspoutine coréenne » pour son influence sur le chef de l’Etat. La justice coréenne le soupçonne de l’avoir fait dans le but de favoriser la fusion en 2015 de deux sociétés du conglomérat : Samsung C&T, en charge des activités dans le BTP, et Cheil Industries, spécialisée dans le textile, la mode et la chimie. Une opération qui accroit le contrôle de la famille fondatrice Lee sur l’ensemble du groupe. Cette fusion controversée n’aurait pas pu se faire sans l’approbation du fonds public de pension NPS, principal investisseur dans Samsung C&T, et donc sans une consigne dans ce sens du gouvernement.

Relations obscures entre politiques et affaires

L'ancien président de NPS, Moon Hyung-pyo, a reconnu avoir exercé des pressions sur ses fonctionnaires pour soutenir la fusion. De son côté, l’homme fort de Samsung a, lors de son témoignage en décembre 2016, déclaré n’avoir jamais ordonné d'offrir des dons en contrepartie d’un soutien gouvernemental. Mais il a confirmé avoir rencontré en privé la présidente Park et fourni un cheval d'une valeur de 837 000 dollars à la fille de Choi pour son entrainement équestre en Allemagne.

Les relations obscures entre les politiques et les dirigeants industriels sont monnaie courante en Corée du Sud. A la tête du conglomérat depuis 1987, le président actuel de Samsung Kun-hee Lee a eu des déboires avec la justice. En 2008, il a été condamné pour fraudes fiscales et abus de confiance. Ce qui l’a obligé à démissionner avant de revenir à son poste en 2010. C’est à cette collusion entre politique et milieu des affaires que la justice coréenne entend s’attaquer.

Plan de succession compromis

Ce scandale arrive au plus mauvais moment pour Samsung. Il risque de ternir davantage son image alors que le groupe doit gérer les conséquences du fiasco du Galaxy Note 7, son smartphone vedette retiré du marché en octobre 2016 pour cause d’incendie de batterie, et faire face au nouveau contexte créé par l’arrivée de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. En tant que fils unique du président du groupe Samsung, le jeune Lee est le seul héritier. Interdit de voyager par la justice coréenne, il aura du mal à remplir l’ensemble de ses fonctions. Cette crise risque de repousser le plan de succession et de prolonger les problèmes de gouvernance dont souffre le conglomérat depuis 2 ans.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

974 - ST PIERRE

Acquisition de véhicules de transport en commun de type minicars.

DATE DE REPONSE 13/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS