Economie

Le patron de la CFE-CGC voit de "l'hystérie" dans les propositions sociales des candidats de droite

Cécile Maillard

Publié le

Le président de la CFE-CGC, François Hommeril, tenait le 27 septembre sa première conférence de rentrée. Il qualifie d’ "hystérie" les propositions sur le travail et les relations sociales qui émergent dans la primaire de la droite.

Le patron de la CFE-CGC voit de l'hystérie dans les propositions sociales des candidats de droite
FRANCOIS HOMMERIL, CFE-CGC
© Jean-Francois DEROUBAIX

Avec l’art de la formule choc qui le caractérise, François Hommeril, président de la CFE-CGC, a démarré de manière tonitruante sa première conférence de presse depuis son élection à la tête de la confédération des cadres et des techniciens. Furieux, remonté à bloc contre le niveau du débat politique sur les questions du travail et des relations sociales, il qualifie "d’hystérie" les propositions des candidats à la primaire de droite. "Un délire verbal de gens qui ne connaissent rien à la construction sociale." Terminant par un "qu’ils aillent se faire soigner", adressé aux cas qu’il juge les plus lourds…

Inquiétudes sur la campagne

Sa colère, il la destine à "ceux qui pensent que c’est en diminuant les droits des salariés qu’on va lutter contre le chômage". A ceux qui "mentent" et agitent des chiffons rouges. Un exemple ? La proposition d’interdire le mandat syndical à plein temps, portée par plusieurs candidats. "Quand un délégué syndical a plus de 20 heures de délégation, c’est parce que l’entreprise l’a décidé, pour disposer de partenaires sociaux formés et compétents ! C’est le fruit d’un dialogue social au plus près du terrain que la droite dit vouloir favoriser…"

Il dément avoir rencontré Bruno Le Maire, qui affirme pourtant avoir vu toutes les organisations syndicales. Ni aucun autre candidat à une primaire, de gauche ou de droite. "Les conseillers que j’ai rencontrés sont très inquiets de la forme prise par la campagne qui démarre, qui se joue exclusivement sur internet, avec des équipes enfermées dans des bureaux et qui scrutent sur Google l’impact des petites phrases."

Numérique et nouvelles formes de travail

Pour "se mettre à distance" de tout ce "bruit", la CFE-CGC a décidé de peser dans la campagne par le biais de propositions qu’elle présentera tous les deux mois d’ici l’élection présidentielle. Cheval de bataille de la confédération ? "Le travail dans tous ses états", titre provisoire du projet. "Le travail, ce n’est pas qu’un coût !" s’énerve François Hommeril. La CFE-CGC creuse notamment la question de l’impact du numérique sur le travail : "nous nous intéressons à tous ceux qui sont au travail grâce au numérique mais qui ne sont pas en CDI". Une des solutions ? "Une contribution équilibrée, qui tient compte du risque pris par ces personnes". Autre sujet majeur pour la CFE-CGC : le temps de travail et les forfaits-jour. "Les accords d’entreprise qui les régissent doivent aller plus loin dans la sécurisation des salariés."

La CFE-CGC travaillera plusieurs thèmes de la campagne avec les autres organisations syndicales, et même, parfois, avec les organisations patronales. "La CGPME a un document sur le partage de la valeur, nous allons travailler avec elle… " Mais la confédération des cadres et techniciens n’oublie pas qu’elle entre aussi en campagne électorale en tant qu’organisation syndicale. Des élections seront organisées dans les TPE du 28 novembre au 12 décembre. En mars 2017, le poids de chaque organisation sera connu. La CFE-CGC, à 9,43% lors de la dernière mesure, en 2013, espère franchir la barre des 10%. Et même gagner un à deux points. Son objectif : être présente dans les entreprises où elle n’est pas.

Le coup de gueule de François Hommeril contre les programmes de la présidentielle est aussi destiné à afficher le programme de la candidate "CFE-CGC" à ces élections.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte