Le patron de l'Association internationale du transport aérien ne croit pas aux objectifs de production d'Airbus

Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata) a exprimé des doutes vendredi 28 mai sur les objectifs d'Airbus concernant la production d'avions de ligne, qui lui paraissent trop optimistes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le patron de l'Association internationale du transport aérien ne croit pas aux objectifs de production d'Airbus
Les objectifs d'Airbus concernant la production d'avions de ligne paraissent trop optimistes aux yeux du directeur général de l'Iata.

L'optimisme affiché par Airbus ne fait pas l'unanimité. Le constructeur aéronautique européen a annoncé jeudi 27 mai envisager de multiplier par près de deux la production de ses avions de ligne monocouloirs les plus vendus d'ici le milieu de la décennie, par rapport aux niveaux actuels plombés par la crise.

Sans convaincre le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata). "Attendons de voir, parce que de toute évidence, il y a une énorme divergence entre ce que les constructeurs disent qu'ils vont produire et ce que les compagnies aériennes décident d'acheter", a déclaré à Reuters Willie Walsh, ancien directeur général d'IAG, maison mère de British Airways. "Vous savez, leur activité, c'est de vendre. Je ne pense pas qu'il y aura un besoin pour tout ce qu'ils produisent", a-t-il ajouté.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’avionneur européen justifie quant à lui ces prévisions de cadences par une reprise attendue du trafic aérien au niveau d’avant-crise entre 2023 et 2025, qui bénéficieront en premier lieu aux monocouloirs. Dès 2023, Airbus pourrait ainsi produire davantage de monocouloirs qu’il n’en livrait avant l’apparition du Covid-19 ayant provoqué une chute de production de 40%. Programme phare d’Airbus qui nourrit à lui seul une grande partie de la filière aéronautique, l’A320 et ses différentes versions est en première ligne.

A LIRE AUSSI

avec Reuters (Tim Hepher, Sarah Young et Laurence Frost; version française Laetitia Volga, édité par Bertrand Boucey)

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS