L'Usine Energie

Le patron de GE Jeffrey Immelt plonge au cœur d’Asltom, à Belfort

Manuel Moragues , , ,

Publié le

Le patron de General Electric visite ce mardi 24 juin en début d’après-midi avec Patrick Kron le cœur historique d’Alstom : l’usine de Belfort où sont conçues et produites les turbines à vapeur du français.

Le patron de GE Jeffrey Immelt plonge au cœur d’Asltom, à Belfort © D.R.

Sommaire du dossier

La poignée de mains s’imposera sous le crépitement attendu des flashs. Jeffrey Immelt, le patron de General Electric, et Patrick Kron, PDG d’Alstom, ne manqueront pas d’insister sur la symbolique ce mardi 24 juin après-midi. Ils visiteront ensemble l’usine de Belfort d’Alstom dédiée aux turbines à vapeur. Un site qui deviendra, selon les termes de l’offre acceptée par Alstom ce week-end, une partie d’une coentreprise 50/50 avec GE.

Après les deux mois d’intenses négociations et polémiques autour du rachat du fleuron français, les deux dirigeants s’empressent de planter le drapeau de leur victoire sur le cœur historique d’Alstom. Le site belfortain est le lieu de naissance de la Société alsacienne de constructions mécaniques qui fusionna partiellement en 1928 avec la Compagnie française Thomson-Houston, filiale de General Electric. C’est le plus gros site d’Alstom. Quelque 600 salariés y travaillent pour la branche Transport.

2000 personnes dans la vapeur

Ils sont surtout 2000 employés dédiés à l’activité Steam (vapeur) d’Alstom. Un tiers d’entre eux travaille dans l’ingénierie et les services, qui ont permis à Alstom de maintenir son activité dans l’énergie thermique alors que les commandes de nouveaux équipements chutaient. Ces services s’appuient sur la large base installée d’Alstom – 20% à 25% du parc mondial des centrales électriques –, cible prioritaire de Jeffrey Immelt. C’est aussi à Belfort que les ingénieurs d’Alstom ont développé des technologies toujours plus efficaces, comme le charbon ultra supercritique dont les rendements dépassent aujourd’hui 46%.

Dans l’atelier, le PDG américain pourra admirer les énormes rotors d’acier et les longues ailettes qui y sont plantées pour former les turbines à vapeur d’Alstom. Et en particulier la fameuse Arabelle indispensable à la filière nucléaire française. Un monstre de 1100 tonnes long de 70 mètres qui tourne à 1500 tours par minute pour produire jusqu’à 1900 mégawatts d’électricité. Une jolie fiancée pour l’américain.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte