Le patron de Doux assure avoir fait son maximum pour éviter le dépôt de bilan

Dans un entretien accordé le 6 juin au quotidien Ouest France, Charles Doux s’explique à l’issue du comité central d’entreprise qui s’est déroulé la veille.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le patron de Doux assure avoir fait son maximum pour éviter le dépôt de bilan

"J’ai tout fait pour éviter le dépôt de bilan". C’est par cette phrase que le patron de l’industriel spécialisé dans les volailles commence son entretien au quotidien régional. L’occasion aussi pour lui d’assurer qu’il n’a pas voulu avant tout protéger la gouvernance du groupe. "J’ai passé l’âge de vouloir défendre ma situation personnelle ! Et encore moins mes actions. Quand nous avons négocié avec Barclays, principal créancier, ce qui me préoccupait était très simple. Je voulais obtenir des assurances sur l’emploi dans le groupe. Sur la pérennité du groupe sans vente par activité. Sur le maintien des marques commerciales", assure le patron.

Il assure avoir tout fait pour tenter de "repousser au maximum le jugement du tribunal de commerce de Quimper". "Je souhaitais donner une chance à la négociation, précise-t-il. Je voulais à tout prix que les salaires de mai soient garantis par l’association de garantie des salaires. Car nous n’avions pas la trésorerie nécessaire pour verser une paye de six millions".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cet entretien est aussi l’occasion pour lui de revenir sur les critiques que portent les syndicats. En effet à la sortie du comité central d’entreprise, plusieurs syndicats disaient ne plus avoir confiance en la gestion du groupe et surtout craignaient des licenciements futurs notamment à l’administration.

"Ce n’est pas un scénario catastrophe qui se profile, tempère le patron. Personnellement, j’en suis sorti avec une excellente impression car les salariés sont extrêmement attachés à l’entreprise".

Besoin des producteurs

Quant à la relation du groupe avec les éleveurs qui ont été durement frappés du fait de la situation de Doux, il assure que "quelle que soit la créance, ils continuent à livrer les poulets. Sans eux, l’entreprise ne survivra pas".

Plus de 200 producteurs ont d’ailleurs annoncé le 5 juin qu’ils se constituaient en association de défense avec pour objectif de défendre les éleveurs face au groupe. Un avocat a notamment informé les producteurs sur les effets des contrats les liant à Doux.

Charles Doux explique aussi dans l’entretien qu’il n’est "pas possible de présenter un plan de sortie de crise pour l’heure, car les créanciers ont cinq mois pour déclarer leurs créances. Tant que nous ne connaissons pas l’état précis de ces dettes, il n’est pas possible de présenter un plan d’action précis".

Le patron met l’accent surtout sur sa collaboration avec le gouvernement. "Nous continuons à travailler avec les services de l’État, les ponts ne sont pas coupés bien au contraire", assure-t-il.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DOUX
ARTICLES LES PLUS LUS