Le patron d'Uniper dénonce les visées "hostiles" de Fortum

DUSSELDORF/FRANCFORT (Reuters) - Le groupe allemand d'énergie Uniper a dit lundi considérer comme "hostile" l'offre présentée la semaine dernière par le finlandais Fortum pour devenir son premier actionnaire et qui fait suite à une précédente proposition rejetée cet été.
Partager
Le patron d'Uniper dénonce les visées
Le groupe allemand d'énergie Uniper a dit lundi considérer comme "hostile" l'offre présentée la semaine dernière par le finlandais Fortum pour devenir son premier actionnaire et qui fait suite à une précédente proposition rejetée cet été. /Photo d'archives/REUTERS/Toru Hanai

"Ce sont des visées hostiles de Fortum" a déclaré à Reuters Klaus Schäfer, le président du directoire d'Uniper, dans sa première interview depuis l'annonce la semaine dernière par Fortum de négociations avancées avec E.ON pour lui racheter sa participation de 46,65% dans Uniper au prix de 22 euros, soit 3,8 milliards d'euros au total.

Fortum avait déjà proposé fin juillet 19 euros par action pour acquérir au moins 75% du groupe, a ajouté Schäfer, précisant pour la première fois les modalités de cette approche.

L'offre de Fortum, qui visait un contrôle du groupe et une intégration totale, a fait l'objet d'un examen attentif mais a été rejetée au motif qu'elle détruirait plusieurs milliers d'emplois, a-t-il dit.

Fortum avait promis en juillet qu'une prise de contrôle d'Uniper ne se ferait qu'avec notre consentement", a-t-il souligné. "Cela n'a pas été le cas - avec E.ON, ils ont continué tranquillement de négocier un accord."

Un porte-parole de Fortum s'est refusé à tout commentaire.

Pekka Lundmark, le directeur général de Fortum, a affirmé la semaine dernière que son groupe souhaitait effectuer non une prise de contrôle mais un "investissement significatif" dans Uniper, ce que conteste Klaus Schäfer.

"Il est difficile d'imaginer que Fortum ait changé sa stratégie et se contenterait maintenant des 46,65% d'E.ON dans Uniper", a-t-il dit. "On dirait plutôt que le loup déguisé en agneau est de nouveau devant notre porte."

Des sources proches des discussions ont indiqué qu'un accord pourrait être annoncé dès cette semaine, même s'il n'était pas encore certain qu'elles aboutissent.

(Tom Käckenhoff et Christoph Steitz, avec la contribution de Pamela Barbaglia à Londres, Véronique Tison pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS