Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le patron d’Airbus défend les couleurs de l’Europe à la veille des élections

Emilie Léveque , ,

Publié le

Le président exécutif de l’avionneur, Guillaume Faury, rappelle que sans l’Europe, Airbus n’existerait pas et ne serait pas ce champion international. Il affirme que son avenir dépend d’une Europe "forte et unie".

Le patron d’Airbus défend les couleurs de l’Europe à la veille des élections
Guillaume Faury, le PDG d'Airbus, rappelle que l'avionneur est le succès de l'intégration européenne.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

C’est à un plaidoyer pro-Europe, dans la droite ligne des positions d’Airbus, que se livre l'avionneur Airbus, alarmé par le climat politique du continent. Après avoir vivement critiqué le Brexit, le groupe s’engage dans les élections européennes, sous la plume de son président exécutif, Guillaume Faury. Dans une lettre publiée sur le site d’Airbus ce 21 mai, le dirigeant critique la montée des nationalismes et appelle à une Europe forte.

"Alors que les élections au Parlement européen approchent, nous ne devons pas oublier que l’avenir économique de l’Europe ne pourra être garanti que par une Union Européenne confiante et forte, face notamment à la montée des nationalismes, à une croissance fragile et aux tensions commerciales dans le monde", écrit Guillaume Faury.

Victoire de l'intégration européenne

Le dirigeant rappelle qu’en 1969, peu de gens pariaient sur la réussite de l’entreprise paneuropéenne, née de la volonté de la France et de l’Allemagne, rejoints ensuite par l’Espagne et le Royaume-Uni. Et pourtant ! "De cette vision a émergé un champion mondial de l'aéronautique et de l’espace", souligne Guillaume Faury. "Airbus a 50 ans et notre histoire est une victoire de l'intégration européenne", ajoute-t-il.

Le président exécutif d’Airbus affirme que sans Europe, il n’y a pas d’avenir : "L’Europe dispose de tous les atouts pour pouvoir diriger la prochaine révolution en matière d’innovation et de transition vers une industrie durable et un transport aérien décarboné. Pour prospérer dans ce monde en mutation, Airbus a plus que jamais besoin du soutien financier et politique de l’Union Européenne". Il appelle à lutter contre le protectionnisme : "l’UE  doit continuer à défendre le libre-échange en Europe et au-delà".

Cet engagement n’est pas nouveau pour Airbus. Lors des précédentes élections européennes, en 2014, le PDG d’Airbus, Tom Enders, avait envoyé un courrier à ses salariés pour les inciter à aller voter. En avril dernier, une centaine de grands patrons ont aussi signé un manifeste où ils s'engageaient à inciter leurs salariés à aller voter et à promouvoir auprès d'eux "les leviers que constituent l'Europe sur l'activité économique des entreprises, sur l'emploi et sur le pouvoir d'achat des citoyens". Parmi les signataires Frédéric Mazzella (Blablacar), Jean-Pierre Letratre ( EY), Jean-Luc Petithuguenin (Paprec). Leur démarche était toutefois collective et non individuelle, contrairement à l'initiative de Guillaume Faury. 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle