Le "patient de Londres", un deuxième cas de rémission du VIH

Le virus du VIH ne se développe plus chez un patient atteint du sida, alors qu'il ne prend plus ses traitements. Les médecins veulent tout de même attendre deux ans avant de pouvoir parler de guérison. Un tel cas a déjà été observé il y a dix ans. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le
VIH-1 (en vert) en bourgeonnement d'un lymphocyte en culture.

Les pronostics sont bons pour ce patient atteint du VIH. "Une greffe de moelle osseuse provenant d'un donneur résistant au VIH semble avoir mis en rémission un deuxième homme, surnommé 'le patient de Londres'", indique le Peter Doherty Institue for infection and Immunity, institut australien en charge du patient.

"Le patient ne prend plus son traitement ARV [thérapie antirétrovirale, ndlr], depuis 19 mois sans rebond viral, ce qui est impressionnant mais je surveillerais toujours de près sa charge virale. Cela fait longtemps qu’il est en rémission de traitement, c’est très encourageant", a déclaré Sharon Lewin, professeure et directrice de l’institut. La plupart des patients atteints du virus prennent ce traitement pour toute leur vie pour qu’il contrôle le virus sans pourtant l’anéantir.

Une mutation du gène CCR5

Un autre cas a déjà été identifié il y a dix ans, Timothy Ray Brown, appelé "le patient de Berlin". "Ceci est une grosse affaire. Cela nous dit que Timothy Brown n’était pas un cas isolé", ajoute Sharon Lewin. Les deux hommes ont en commun d’avoir été soignés pour un cancer du sang. "Ils ont reçu des greffes de cellules souches de personnes portant une mutation du gène CCR5", explique le média Science relayé par l’institut. Ce gène participe à l'immunité des cellules. Sa mutation rare est résistante à l’infection du VIH. Elle concerne les cellules de 1 % de la population selon l’institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Le virologue Ravindra Gupta, professeur à l’University College London, sera présent à la conférence annuelle sur les rétrovirus et infections opportunistes (CROI) à Seattle, du 4 au 7 mars, pour analyser le cas. "Ravindra Gupta préfère dire que l’homme est en rémission à long terme, en partie parce que l’équipe n’a pas examiné de tissus autres que le sang du patient", explique le journal. "Après deux ans, nous parlerons davantage de 'guérison'", précise le médecin.

Science ajoute que Timothy Ray Brown, qui a eu besoin de deux greffes pour guérir sa leucémie, a subi un traitement chimique intensif et, en plus de cela, a reçu une irradiation du corps entier. Le patient londonien, en revanche, avait un schéma thérapeutique moins sévère qui ciblait son lymphome. En 2017, encore 36,9 millions de personnes vivaient avec le virus du VIH selon ONUSIDA.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS