Le parquet de Pau conteste la reprise de Beatex

La décision du tribunal de commerce de Pau qui avait choisit le groupe Cargo-Promodis pour reprendre le fabricant de bérets d’Oloron Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) est retoquée. Le parquet de Pau conteste cette désignation.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le parquet de Pau conteste la reprise de Beatex

"Je ne peux exprimer que de la surprise face à la décision du Parquet de Pau, mais aussi de l’inquiétude pour les salariés de Beatex. J’ajoute qu’il y a urgence à se mettre au travail pour cette entreprise qui est en mauvais état et qui ne livre plus ses clients depuis trois mois. Ces derniers ne vont pas patienter indéfiniment. Pour nous c’est un coup dur", reconnaît Jean-Philippe Frémont, PDG de Promodis, l’entreprise choisie par le tribunal de commerce de Pau (Pyrénées-Atlantiques) pour reprendre Beatex.

Le parquet de Pau explique l’appel interjeté, d’une part par la nécessité d’y voir plus clair sur le volet pénal du dossier. Pierre Lemoine, l’ancien PDG, est soupçonné d’avoir cédé cinquante deux machines à tricoter alors que la PME était en redressement. Le 11 juin, Pierre Lemoine va se retrouver devant le tribunal correctionnel pour s’expliquer.

Ce n’est pas tout. Le Parquet estime insuffisant le prix de la cession, face à un autre candidat, le groupe Gouaix, qui lui proposait 105 000 euros alors que Promodis ne mettait que 20 000 euros.

Un argument que Jean-Philipe Frémont trouve "disproportionné" par rapport aux enjeux économiques et sociaux de l’entreprise : "D’accord il y a un différentiel de 80 000 euros pour un trou de 2 millions d'euros. Nous sommes prêts à injecter un total de 1,2 million d'euros dans Beatex. Nous reprenons 28 salariés. Notre dossier est béton. C’est celui qui apporte le plus de perspective pour la PME", répète-t-il.

Présent dans l’entreprise depuis le 30 mai, Promodis se retrouve dans une position inconfortable. Jean-Philipe Frémont, qui devait se rendre vendredi 7 juin sur le site de Beatex, vient d’annuler sa visite.

Du coté des salariés, c’est l’effondrement. "La décision du parquet nous a fait l’effet d’une bombe", lâche Jean-René Riard, délégué du personnel. Et de confier : "Je ne sais pas comment on va payer les salaires de juin."

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS