Le Parlement grec vote le budget d'austérité

Les députés hellènes ont voté aujourd'hui un plan d'austérité prévoyant d'ici 2015 des économies de 28,4 milliards d'euros, et des privatisations massives devant rapporter 50 milliards d'euros supplémentaires. L'Union européenne salue un vote "historique" qui ouvre la voie à des prêts.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Parlement grec vote le budget d'austérité

"C'était un vote de responsabilité nationale", ont estimé le président permanent de l'UE, Herman Van Rompuy, et celui de la Commission européenne, José Manuel Barroso, dans un communiqué commun. La Grèce a ainsi fait "un pas vital" pour s'éloigner d'un défaut de paiement, ont-ils souligné. "Un deuxième vote positif (jeudi) ouvrira la voie au déboursement de la prochaine tranche d'assistance financière" et à "un travail rapide sur un deuxième plan d'assistance" à plus long terme, ont-ils encore indiqué. Les députés se prononceront en effet demain sur les modalités d'application du plan. Le plan lui-même a été adopté ce mercredi par 155 voix sur les 300 que compte le Parlement.

Principales mesures


Le plan se divise à quasi à égalité entre recettes (15 milliards) et coupes dans les dépenses (13,8 milliards). Des mesures qui s'ajoutent à un premier plan d'austérité en 2010, centré sur des coupes salariales dans la fonction publique et une réforme des retraites.

Concernant la hausse des impots, le seuil général d'imposition est abaissé de 12 000 à 8 000 euros par an. Unne taxe de solidarité de 1 à 5% frappera les revenus, et une taxe professionnelle de 450 euros par an en moyenne sera imposée aux auto-entrepreneurs. La taxation du fuel de chauffage augmente, comme celles sur les signes extérieurs de richesse (yachts, voitures de luxe, piscines), et de nouvelles hausses de TVA sont prévues.

Concernant la réduction des dépenses de l'Etat, les critères sont durcis pour les allocations sociales, y compris de chômage, et certaines retraites complémentaires sont réduites. En matière d'emploi public, des réductions ciblées de salaires sont prévues, et le ratio d'une embauche pour cinq départs durci à une sur dix en 2011. Le licenciement d'employés d'organismes publics supprimés ou fusionnés devient possible.

Quant aux privatisations, un Fonds d'exploitation du patrimoine de l'Etat, où la zone euro et la Commission européenne auront des postes d'observateurs, pilotera des privatisations allant des ports et aéroports à la Poste, en passant par l'énergie, les paris sportifs et les banques. Le plus gros des cessions est prévu d'ici 2013, tandis que l'Etat doit chercher des exploitants privés pour son patrimoine foncier et immobilier. Les revenus seront affectés à la gestion de la dette.

Echauffourées

De nouveaux affrontements entre des groupes de jeunes et les forces de l'ordre ont eu lieu mercredi juste après l'adoption par le parlement du nouveau plan d'austérité, sur la place centrale d'Athènes noyée sous les gaz lacrymogènes, ont montré les télévisions. En milieu d'après-midi, ces affrontements avaient provoqué l'hospitalisation de 34 personnes, dont 19 policiers, tandis que la police a procédé à trois arrestations, selon la police et les services d'urgence.

Les Européens et le FMI ont conditionné à l'adoption de ce plan le versement de 12 milliards d'euros de prêts, sur un total de 110 milliards promis l'an dernier dans un premier plan de sauvetage. Athènes en a absolument besoin pour faire face à des remboursements de dette prévus autour de mi-juillet.

La Grèce a parallèlement demandé officiellement la semaine dernière un deuxième plan de sauvetage, qui devrait représenter un volume d'au moins une centaine de milliards d'euros.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS