Quotidien des Usines

Le P-DG de Sony France relâché à Pontonx-sur-l'Adour

, , , ,

Publié le

Relâché. A 10h30 ce matin, le P-DG de Sony France Serge Foucher, qui était retenu depuis jeudi soir par les salariés de l'usine landaise de Sony à Pontonx-sur-l'Adour, a finalement été « libéré ».

Le P-DG de Sony France relâché à Pontonx-sur-l'Adour

Venu rencontrer les 311 employés du site, une dernière fois avant la fermeture de l'usine, le 31 mars prochain, Serge Foucher a passé la nuit dans une salle de réunion. Les salariés voulant que le préfet des Landes se déplace sur le site pour obliger Sony à revoir le PSE, plan de sauvegarde pour l'emploi, qu'ils rejettent. S'estimant moins bien lotis que les salariés des sites de Sony en région parisienne et en Alsace qui ont subi des plans sociaux. Finalement, en milieu de matinée, ils ont accepté de faire sortir Serge Foucher et d'aller négocier avec lui devant le représentant de l'Etat. Escorté par les gendarmes, Serge Foucher, suivi des représentants du comité d'entreprise et d'un bon nombre de salariés, s'est rendu à la sous-préfecture des Landes.

Dans le même temps, au Conseil régional d'Aquitaine, on s'active. Alain Rousset va recevoir deux des porteurs de projets de reprise du site, autour du photovoltaïque. Celui de Solarezo, une société lyonnaise qui souhaite créer une unité industrielle de production de capteurs photovoltaïques, avec une nouvelle technologie pour les toitures de bâtiments de grande surface. Un autre projet, baptisé Sunlandes, réunit des patrons d'entreprises de la région : Didier Pineau à la tête d'Europlasma, Arnaud Chaperon, dirigeant de Viviers de France, Gérard Vandamne pour HP Fermetures, ainsi que Néolectra, une société de conception et gestion de parcs énergétiques européens. Il s'agirait d'investir dans une ligne d'assemblage innovante de panneaux. Le projet pouvant bénéficier de la technologie développée par Europlasma, autour des wafers, ces galettes de silicium qui sont incorporées dans les cellules photovoltaïques, et qui va donner lieu à brevet. Sunlandes serait dès lors bénéficiaire d'un accord de licence exclusive. Enfin, troisième projet en lice : celui d'Eric Cavel, ex-directeur du site, dans lequel n'apparaitrait plus le groupe Business Création, qui avait beaucoup inquiété les salariés de l'usine landaise.

De notre correspondante en Aquitaine, Colette Goinère

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte