International

"Le numérique reste porteur des potentialités qu'il a depuis le début", selon Bruno Patino

, ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Directeur éditorial d’Arte, Bruno Patino, historique du numérique décrypte les dysfonctionnements du modèle Gafam et esquisse les solutions.

Le numérique reste porteur des potentialités qu'il a depuis le début, selon Bruno Patino
Bruno Patino, directeur éditorial d'Arte, est un observateur avisé du monde numérique.
© Hervé Boutet - L'Usine Nouvelle

L'Usine Nouvelle. - Comment expliquez-vous le succès de votre livre "La civilisation du poisson rouge", qui vient de paraître au Livre de Poche ? Est-ce parce que vous y dénonciez ce qu’est devenu internet, loin des utopies du début ?

J’ai cru aux utopies numériques. L’évolution actuelle me consternait et me consterne toujours. Surtout parce que j’ai l’impression que les victimes sont nombreuses, à commencer par moi. Dans cet essai, j’ai voulu raconter comment nous sommes passés de l’utopie des débuts, où le web était perçu comme émancipateur, à une situation où l’on parle d’addiction, de fake news... Quand on est sursollicité, que l’on se lève la nuit pour regarder son portable, qu’un repas de famille est impossible sans les smartphones, il y a indéniablement eu une sortie de piste. Cela étant, le succès du livre vient aussi du fait que l’on a mis des mots sur un phénomène que tout le monde percevait. L’enjeu était de faire émerger ce débat.

À quel moment a-t-on pris la mauvaise bifurcation ?

Aux débuts, pour des questions d’efficacité du réseau, les géants du web ont choisi le modèle gratuit. Mais cette gratuité impliquait de dépendre des revenus publicitaires. D'ailleurs, ce paradigme a été appliqué chez Google puis Facebook par la même personne : Sheryl Sandberg.

Mais deux changements que personne n’avait prévus ont eu lieu. Le smartphone – et avec lui la connexion permanente – et les data. On ne capte plus seulement le temps de cerveau disponible à la maison, mais tout le temps, y compris quand on est occupé à vivre. Et la data rend cette capacité à chercher l’attention plus efficace.

Juste une anecdote : je me souviens qu’aux débuts du numérique, on nous disait de ne jamais envoyer plus d’une alerte par semaine, sinon les gens risquaient de se lasser... Aujourd'hui, on en reçoit 46 par jour selon une étude américaine. Je ne suis pas technophobe. Le numérique reste porteur des potentialités qu’il a depuis le début : rendre possible des mobilisations sociales, partager l’information, en faire un outil d’inclusion, de socialisation.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte