L'Usine Agro

"Le numérique rend la parole au consommateur", estime Nicolas Chabanne (C'est qui le patron ?!)

, , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Pour le fondateur de C’est qui le patron ?! Nicolas Chabanne, les industriels doivent s’appuyer sur le regard des consommateurs pour restaurer la confiance.

Le numérique rend la parole au consommateur, estime Nicolas Chabanne (C'est qui le patron ?!)
Nicolas Chabanne estime que les industriels doivent davantage être à l'écoute des consommateurs.

L'Usine Nouvelle. - Comment expliquez-vous le succès de C’est qui le patron ?!, la marque que vous avez lancée en 2016 ?

Nicolas Chabanne. - Les consommateurs manifestent une grande défiance vis-à-vis des acteurs agroalimentaires. Les clients ont le sentiment d’être instrumentalisés par les industriels et ne font plus confiance aux grandes marques du secteur. Le succès de C’est qui le patron ?! est la conséquence de cette méfiance et l’expression d’un changement de paradigme qui s’appuie sur de nouveaux outils, de nouvelles zones d’équilibre. C’est la première marque créée par les consommateurs grâce à la numérisation.

Quel est ce changement ?

C’est qui le patron ?! est une coopérative de plus de 10 000 sociétaires et consommateurs, avec 15 salariés. Nous revendiquons 150 millions de produits équitables vendus depuis 2016. Notre force a été de renverser l’approche. Ce ne sont plus les entreprises qui, via des panels, demandent leur opinion aux consommateurs, ce sont nos sociétaires qui reprennent la main et s’investissent à titre personnel pour établir leur propre cahier des charges. La clé de notre succès tient au fait que, grâce à notre structure coopérative, nous sommes restés à l’échelle du consommateur. Et le résultat est là. Trois ans après son lancement, sans aucune publicité, sans aucune force de vente, C’est qui le patron ?! s’est imposé comme la référence la plus vendue du rayon lait, juste derrière les marques de distributeurs.

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Chaque produit est conçu à partir de questionnaires en ligne. Huit questions sont posées, qui vont de la rémunération des producteurs à la qualité du produit en passant par l’origine des ingrédients... Chaque critère est chiffré : est-ce qu’on laisse le prix payé au producteur au niveau du cours mondial de son produit ? Est-ce qu’on rajoute 4 centimes pour payer les charges ? Est-ce qu’on enlève les OGM pour 5 centimes ? Cela permet de donner une résonance à chaque décision sur le prix.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte