"Le numérique doit renforcer nos filières industrielles", prône Tahar Melliti, directeur général de l’Alliance pour l’industrie du futur

Le 6e comité de pilotage de l’Industrie du futur s’est tenu ce jeudi 19 janvier en présence de Christophe Sirugue, le secrétaire d’Etat à l’Industrie. L’occasion, pour l’Alliance pour l’industrie du futur et sa trentaine de membres de prendre un nouvel élan après 18 mois d’existence riches en accomplissements. Tahar Melliti, son directeur général, expose à L’Usine Nouvelle les grandes orientations entérinées. Au programme : l’accompagnement des PME dans leur transformation numérique, la focalisation sur 6 filières industrielles et l’essor à l’international.

Partager

L'Usine Nouvelle - Quel bilan tirez-vous des 18 premiers mois d’existence de l’Alliance ?

Tahar Melliti - L’Alliance pour l’industrie du futur a démontré son utilité pour le tissu industriel français. Nous avons engrangé suffisamment de résultats opérationnels pour asseoir notre crédibilité et notre visibilité. Nos objectifs pour la fin 2016 ont largement été dépassés, notamment concernant notre mission essentielle de communication et d’accompagnement des PME françaises. Plus de 3 400, sur 2 000 visées, sont rentrés dans notre programme d’accompagnement, qui démarre avec des diagnostics et se poursuit avec des aides à l’investissement. Nous avons aussi labellisé 20 vitrines de l’industrie du futur, contre 15 visées.

Quels ont été les principaux travaux menés par l’Alliance ?

En matière de communication et de sensibilisation, il faut citer l’organisation du salon Convergence pour l’industrie du futur, les caravanes dans les territoires et l’installation de correspondants et d’ambassadeurs en régions. Sans oublier la publication du guide de l’industrie du futur. Plus technique, nous avons élaboré 7 feuilles de route pour 7 technologies prioritaires de l’industrie du futur. Nous avons entamé un travail de structuration de la filière de la fabrication additive, qui portera bientôt ses premiers fruits. Nous avons aussi travaillé avec nos homologues allemands sur la normalisation. C’est un sujet crucial et l’objectif est de pouvoir défendre des positions communes dans les instances internationales de normalisation.

Vous entrez maintenant dans une nouvelle phase. Quel en est l’objectif ?

Après cette première phase, nous entrons dans une nouvelle séquence, qui s’étalera sur trois ans. La grande orientation que nous prenons, c’est de plonger au cœur des filières. Nous avons eu jusqu’ici une approche à la fois très transversale et individuelle – entreprise par entreprise. Nous allons y ajouter un positionnement sur l’ensemble de la chaîne de valeur des filières. Ces filières sont une spécificité et une force française, que le numérique doit renforcer. Nous en avons sélectionné 6 dans un premier temps : aéronautique, automobile, naval, agroalimentaire, ferroviaire et construction. Pour chacune, nous allons d’un côté dresser un état des lieux en matière de transformation numérique et, de l’autre, dessiner un portrait idéal de cette filière en industrie du futur. De quoi mesurer le chemin à parcourir et définir les moyens d’y arriver.

Quelles sont les autres nouvelles orientations de l’Alliance ?

L’accompagnement des PME restera bien sûr une mission essentielle. Nous allons mettre l’accent sur le numérique, qui est souvent derrière le lean ou la robotique dans leurs préoccupations. L’idée est de les sensibiliser à l’opportunité de mettre le numérique au cœur de leur métier et de leurs produits et de faire évoluer leur business model. L’international est la troisième principale orientation : nous allons nommer des ambassadeurs dans au moins une demi-douzaine de pays, dans un premier temps. Leur rôle sera à la fois de faire le lien entre l’Alliance et les initiatives locales similaires, publiques ou privées, et à la fois de servir de tête de pont à l’export pour les industriels français fournisseurs d’équipements et solutions pour l’industrie du futur.

Deux nouveaux projets soutenus par l’Etat

A l’issue du comité de pilotage, Christophe Sirugue, secrétaire d’Etat à l’Industrie, a annoncé que l’Etat soutiendrait via le programme des investissements d’avenir deux nouveaux projets de modernisation numérique : Connect, d’Air Liquide, aidé à hauteur de 5,3 millions d’euros, et Ted, de Tefal (1,4 million d’euros). Christophe Sirugue a aussi annoncé le lancement d’un partenariat entre l’Alliance de l’industrie du futur et le Conseil national de l’industrie. Enfin, la première ambassadrice de l’industrie du futur a été nommée : Michelle Chan, pour la Chine.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie

Amélioration continue

LE SUR MESURE INDUSTRIEL

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé(e) de Certification Clients Agroalimentaires (F-X-H)

BUREAU VERITAS - 10/11/2022 - CDD - Cesson Sévigné

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

56 - BRECH

Résidence Opale, construction de 25 logements à Brech..

DATE DE REPONSE 10/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS