Le nucléaire reste sur la sellette en Italie

Contre l'avis du gouvernement, un référendum est organisé en Italie les dimanche 12 et lundi 13 juin sur l'avenir du nucléaire. Opposé à ce scrutin, Silvio Berlusconi avait déposé un recours au Conseil constitutionnel. L'institution a rejeté cette demande ce mardi 7 juin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le nucléaire reste sur la sellette en Italie

Décidé en 2008, le retour de l'atome dans la Botte était l'un des grands chantiers du second mandat de Silvio Berlusconi. C'était par ailleurs un marché sur lequel comptaient les français EDF et Areva.

Après l'accident de Fukushima le 11 mars dernier au Japon, le gouvernement italien avait gelé le programme de réintroduction du nucléaire. Il avait aussi abrogé les normes concernant la localisation et la construction des centrales. Le but avoué de Silvio Berlusconi président du conseil italien, était alors de laisser passer l'émotion du peuple afin que les ambitions nucléaires puissent reprendre leur cours d'ici un ou deux ans… En particulier à travers un référendum.

Finalement, le référendum aura bien lieu. En 1987, un an après la catastrophe de Tchernobyl, un tel scrutin avait entraîné la fermeture de toutes les centrales en activité en Italie. Le pays a, depuis, hérité d'un prix de l'électricité parmi les plus élevé d'Europe : 12,56 euros le kWh industriel contre 6,09 euros en France.

Les décisions de l'Allemagne et de la Suisse d'abandonner le nucléaire devraient influencer la consultation des 12 et 13 juin.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS