Des réacteurs nucléaires format mini, EDF y réfléchit

La filière nucléaire française songe au développement d'une gamme de réacteurs de petite taille. Un format qui pourrait répondre aux besoins de certaines régions du monde isolées électriquement. En la matière, la France a du retard à rattraper sur les Etats-Unis qui planchent déjà sur le sujet.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Des réacteurs nucléaires format mini, EDF y réfléchit
La filière nucléaire française réfléchit au développement d'une nouvelle gamme de réacteurs de petite taille.

Avec EDF et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) en tête de file, la filière nucléaire française réfléchit au développement d'une nouvelle gamme de réacteurs de petite taille, ont indique le jeudi 15 mars des dirigeants du secteur. Ils doivent néanmoins encore réaliser de solides études pour s'assurer de la viabilité du projet.

La recherche française autour de ces réacteurs, dont la puissance serait de 150 à 170 mégawatts (MW) environ - comparés aux 1.650 MW de l'EPR -, est menée par EDF et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"En France, on a jusqu'à présent toujours privilégié des réacteurs de forte puissance (...), nous croyons vraiment dans la capacité de ces technologies (...) mais il faut aussi réfléchir aux réacteurs de plus petite puissance", a dit Xavier Ursat, directeur des nouveaux projets nucléaires d'EDF, lors d'une convention de la Société française d'énergie nucléaire (SFEN) dédiée à l'innovation.

Des réacteurs de petite taille pourraient intéresser des pays isolés électriquement

Selon la SFEN, des réacteurs de puissance modeste pourraient intéresser des pays ou régions "isolés électriquement" (îles, péninsules) et servir pour d'autres usages tels que le chauffage urbain ou le dessalement d'eau de mer.

François Gauché, directeur de l'énergie nucléaire au CEA, a précisé que le développement de réacteurs de petite taille ("Small modular reactor", SMR) faisait pour l'instant l'objet d'une étude de "pré-avant projet" devant permettre d'identifier à la fois des barrières techniques mais aussi des problématiques économiques, une phase qui devrait durer un an et demi.

"Il y a énormément d'études de marchés sur les SMR (...) et il y a des gens qui ont vraiment pris de l'avance ces dernières années", a-t-il ajouté, soulignant que l'américain NuScale était en phase de validation d'un modèle par les autorités de sûreté.

"L'étude de marché n'est pas simple. Ce qu'on regarde, ce n'est pas que la technique, il faut absolument regarder le volet économique."

Rattrapper les Etats-Unis sur les réacteurs de petite taille

Philippe Knoche, président de la SFEN et directeur général d'Orano (ex-Areva), a lui aussi souligné que la France était à la pointe des réacteurs les plus puissants - qui répondent aux besoins des grandes agglomérations d'Europe occidentale -, mais que des pays comme les Etats-Unis avançaient "plus vite" dans leurs réflexions sur des réacteurs de petite taille.

"Avec la possibilité de fabriquer un maximum de choses en usine - contrairement à des gros réacteurs qui doivent être construits sur site -, il faut anticiper l'économie d'échelle, c'est-à-dire savoir à quel point une série assez longue va permettre d'abaisser les coûts", a-t-il ajouté, précisant qu'une gamme de petites réacteurs pourrait être compétitive à partir de plusieurs dizaines d'unités.

L'EPR, dont le premier exemplaire doit entrer en service fin 2018 à Flamanville (Manche), est régulièrement critiqué par des observateurs du secteur nucléaire en raison non seulement de son coût mais aussi de sa puissance, jugée trop importante pour des pays ne disposant pas de réseaux électriques suffisamment robustes pour l'accueillir.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS