Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Le nouveau raté d’EDF dans le nucléaire concerne cette fois les diesels de secours post-Fukushima

Aurélie Barbaux , ,

Publié le , mis à jour le 23/03/2019 À 10H11

L’ancrage des groupes électrogène de secours sur les réacteurs 1300 MW et de certains 900 MW n’'était pas assez résistant aux séismes, observe l’Autorité de sûreté du nucléaire. EDF a effectué les modifications. Mais l'opérateur rencontre maintenant des problèmes dans la construction des postes d'ultime secours post Fukushima. L'ASN, qui pointe un problème industriel de génie civil, a été contrainte de donner un délai supplémentaire à EDF pour réaliser les travaux.

Le nouveau raté d’EDF dans le nucléaire concerne cette fois les diesels de secours post-Fukushima
EDF doit installer des postes diesel d'ultime secours dans des bunkers pour chacun des réacteurs en fonctionnement (ici chantier du bunker à Chooz en 2017).
© abarbaux

[Article modifié tenant compte d'explications d'EDF] L’Autorité de sûreté du nucléaire fait état dans un communiqué d’un "défaut de résistance au séisme d’ancrages des systèmes auxiliaires des groupes électrogènes de secours à moteur diesel des réacteurs d’EDF".

Défaut sur les paliers 1300 MW

Le problème a été identifié par EDF en 2017. Il avait alors signalé à l’ASN "un événement significatif", qui l'avait classé de niveau 2. Le problème portait sur "l’absence de démonstration de résistance au séisme des ancrages dans le génie civil de systèmes auxiliaires des groupes électrogènes de secours à moteur de ses réacteurs électronucléaires de 1300 MWe [mégawatts électriques]". En avril et novembre 2018, EDF a déclaré à l’ASN, que les défauts de résistance au séisme s’étendaient à plusieurs autres réacteurs de 900 MWe, soit 11 réacteurs supplémentaires.

11 centrales 900 MW concernées

L’événement est classé de niveau 2 par l’ASN pour  les réacteurs Blayais 1 et 2, Gravelines 1 à 6, Saint-Laurent-des Eaux 1 et 2 et Chinon 2. Il est classé 1 pour les réacteurs Blayais 3 et 4, Dampierre-en-Burly 2, Cruas-Meysse 1, Chinon 1, 3 et 4 et Tricastin 1, 2 ,3 et 4. Des contrôles complémentaires ont également révélé de nouveaux défauts de résistance au séisme pour les réacteurs de la centrale nucléaire de Paluel, de Saint-Alban, de Belleville-sur-Loire et pour le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine.

Retard sur les postes d'ultime secours

Selon l’ASN, l’événement recouvre à la fois des problèmes de conception génériques à l’ensemble des réacteurs concernés et des problèmes locaux liés à un mauvais état ou à un mauvais montage des ancrages. EDF déclare avoir réalisé les travaux nécessaires.

Mais c'est sur ses postes d'ultime secours Post Fukushima que l'opérateur rencontre maintenant des problèmes. "EDF avait pris un engagement de mettre en place des diesels d’ultime secours pour fin 2018. Cet engagement ne pourra pas être respecté compte tenu des difficultés industrielles à les réaliser, a expliqué Bernard Doroszczuk, président de l’ASN, lors d’un entretien accordé à L’Usine Nouvelle. Ce sont des problèmes de génie civil avec une gestion de chantier qui n'est pas au niveau. L’intégration des différents corps de métier ne s’est pas faite de manière correcte. Les industriels sélectionnés par EDF ont rencontré des difficultés opérationnelles. Une seule centrale, Saint-Laurent-des-Eaux, est aujourd’hui équipée. Nous avons pris la décision de repousser cette échéance à fin 2020."

Chacun des réacteurs des centrales nucléaires françaises dispose de deux diesels de secours, rappelle l'ASN. Ces équipements assurent de façon redondante l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes, notamment à la suite d’un séisme.

Réagir à cet article

9 commentaires

Nom profil

20/04/2019 - 07h59 -

Je ne partage pas le bashing pour faire du chiffre. Ce n'est pas éthique, encore faut il se demander s'il y a une éthique dans le journalisme. Qu'il y ait des erreurs et quelles soient pointées, c'est normal. On a le droit d'être critique mais toujours positif.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 18h06 -

A constater l'incroyable partialité de l'Usine Nouvelle quand il s'agit d'énergie, on doit sérieusement s'interroger sur l'indépendance du journal. Tout est magnifique quand il s'agit de l'éolien ; tout est noir quand il s'agit du nucléaire. On aurait pu penser que l'Usine Nouvelle, revue francophone, défendrait l'industrie française, mais non : électronique préfère défendre les industriels allemands, danois ou chinois ! Un excellent article à lire sur le sujet : https://www.lepoint.fr/debats/soyez-ecolo-pronez-le-nucleaire-09-03-2019-2299505_2.php
Répondre au commentaire
Nom profil

25/03/2019 - 10h04 -

Ce parti-pris du journal, pour satisfaire à la mode du "nuclear bashing" et faire du buzz a pour origine un manque de compétence des journalistes pour comprendre les problèmes techniques ou prendre du recul par rapport à ceux-ci, et surtout pour objectif de faire vendre le média. Comme dit ci-dessus, cette tendance va à l'encontre de celle d'autres pays qui met en valeur ses atouts industriels, et équivaut à se tirer une balle dans le pied. D'ailleurs notre pays e désindustrialise de plus en plus, et la filière nucléaire qui est une des dernières rescapées, pourrait également passer à la trappe. Au delà, nous serons les vassaux des chinois, russes ou américains. Plus précisément : les diesels d'ultime secours cités dans l'article sont une adjonction décidée par EDF suite à l'accident de Fuskushima ; aucun autre pays n'a conçu de tels diesels antisismiques aussi complexes à réaliser. La France et les médias qui devraient la soutenir devraient être fiers de cette initiative.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 17h40 -

Bonjour, je vous invite à aller voir la conclusion de l'ASN sur leur site : https://www.asn.fr/Informer/Actualites/Groupes-electrogenes-de-secours-a-moteur-diesel-defaut-de-resistance-au-seisme "L’ensemble des réacteurs concernés par cet événement a fait l’objet de travaux aujourd’hui terminés pour renforcer les ancrages des systèmes auxiliaires des diesels de secours. Certains contrôles doivent toutefois encore être menés, notamment au cours d’arrêts de réacteur. L’ASN s’est assurée, dans le cadre de ses contrôles, de la bonne réalisation des travaux de renforcements des ancrages concernés." Comme déjà signalé, ceci ne concerne pas les groupes post Fukushima (DUS) L'usine Nouvelle a pris soin de ne prendre que ce qui était polémique dans la publication de l'ASN plutôt que de retracer la réalité. Pas terrible...
Répondre au commentaire
Nom profil

23/03/2019 - 13h00 -

Il y a eu confusion entre deux signalements de l'ASN. Cela a été modifié. Le "raté" fait référence aux problèmes de chantier nucléaire gérés par EDF, notamment à Flamanville 3.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 14h48 -

Cela ne concerne absolument pas les Diesels d'Ultime Secours Post-Fukushima. Votre Article est donc une FAKE NEWS bientôt punissable par la loi. Merci de rectifier votre article.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/03/2019 - 12h53 -

Vous avez raison. Il y a eu confusion entre deux signalements de l'ASN. L'article a été modifié.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 09h38 -

Il est difficile d'être plus hypocrite.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 09h30 -

Le titre de cet article laisse accroîre que EDF est une entreprise d'incapables qui n'arrête pas de faire des erreurs. Or quand on lit complètement l'article on s'aperçoit que c'est EDF qui a signalé le problème à l'ASN et non l'inverse. La conclusion de cet article devrait être de louer le sens des responsabilités manifesté par EDF. Je tiens à signaler que je ne fait pas partie d'EDF, ni même d'une entreprise sous traitante ainsi que personne dans ma famille. Je suis déçu que l'usine nouvelle se mette au jeu du chamboule tout très à la mode.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 07h55 -

Ayant travaillé comme prestataire pendant 15 ans dans les centrales nucléaires, j'ai constaté que EDF n'a pas transmis le savoir faire des anciens en embauchant les apprentis. Nous avons affaire à des ingénieurs tous frais sortis des écoles, qui ne connaissent pas très bien la pratique de ce métier et encore moins la technique. En outre, fort de leur métier ils sont bêtement imperméables aux conseils des entreprises prestataires qui ont , elles en leur soein, du personnel qui a gardé le savoir-faire. Il faut dire également que c'est la guéguerre permanente entre le CNPE( partie administrative et conception des travaux) et le SMIPE( partie réalisation des travaux). Enfin, le gros problème est la maîtrise des coûts, par le moins disant ce qui entraîne fatalement l'utilisation d'entreprises moins qualifiés que les autres.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/03/2019 - 21h29 -

1- le photo ne montre pas la construction du Diesel d'Ultime Secours mais celui du passage des câbles devant un autre bâtiment. 2- Chooz n'est pas un réacteur 1300 mais 1450 MW, et n'est donc, à priori, et à la lecture de l'article, pas concerné par cette "malfaçon". (Limite discriminatoire) 3- EDF n'a rien construit, rien testé. Encore une fois, Edf a fait appel à de la prestation qui, il est vrai, peut parfois ne pas se passer comme prévu...malgré les sommes vertigineuses dépensées. 4- il s'agit de sources de secours aux sources de secours! Et comme toute personne ayant déjà consulté un document unique le sait sûrement, les risques y sont pondérés par le taux de fréquence et de gravité....autant dire que les risques auxquels ces moteurs doivent faire face sont aussi probables qu'un tsunami sur la Meuse ou le Rhin (risques tout de même pris en compte sur tous les sites!). Le dénigrement , arme de Bruxelles, tuent nos grandes entreprises au nom de l'ouverture à la concurrence...
Répondre au commentaire
Nom profil

19/03/2019 - 17h16 -

Les problèmes d’ancrage identifiés sur certains diesels de tranche n’ont aucun rapport avec les diesels d’ultime secours post Fukushima. Cet article est donc nul et non avenu.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 09h09 -

Ben voyons,c'est bien connu , Edf installe des groupes électrogène pour améliorer le décor !
Répondre au commentaire
Nom profil

20/03/2019 - 10h05 -

Merci LEFAKIR pour cette précision. C'est vrai que votre article est faux puisqu'il relie aux DUS (Diesel d'Ultime Secours) alors que ce n'est pas le cas. @lusinenouvelle faites attention, c'est quand même votre boulot. Il ne faut pas pomper des articles sur d'autres sites (ASN) et rajouter de fausses infos. Vous perdez en crédibilité. Merci Vincent
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle