Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le nouveau géant de l'or Barrick s'apprête à tailler dans le vif

Franck Stassi ,

Publié le

Fraichement crée, le nouveau groupe Barrick, leader des compagnies aurifères issu du rapprochement de Barrick Gold et de Randgold Resources, s’apprête à donner davantage de pouvoir aux managers sur site et à se séparer de certaines mines.

Le nouveau géant de l'or Barrick s'apprête à tailler dans le vif
Les dirigeants de Barrick ont officialisé la cotation en Bourse de la nouvelle entité, le 2 janvier à New York.
© Barrick

Depuis le 2 janvier, le monde des compagnies minières compte, selon les termes de l’entreprise, un nouveau "champion" : Barrick, né de l’acquisition du britannique Randgold Resources par le canadien Barrick Gold. Un rachat amical à 6,1 milliards de dollars qui a fait naître un groupe détenant des parts dans cinq des dix plus gros sites aurifères : Cortez et Goldstrike aux Etats-Unus, Kibali en République démocratique du Congo, Loulo-Gounkoto au Mali et Pueblo Viejo en République dominicaine. "Barrick mènera la poursuite d’une création de valeur durable comme son objectif principal", annoncent John Thorton (ex-Barrick Gold), président exécutif de l’entreprise, et Mark Bristow (ex-Randgold), directeur général.

Le groupe s’apprête à connaître de nombreux changements : les effectifs du siège social de Toronto (Canada) passeront progressivement d’environ 150 à 70 personnes. L’établissement se concentrera sur la stratégie et l’allocation des ressources. Les directeurs de mines et les responsables de chaque pays gagneront en autonomie. Les équipes de spécialistes de l’exploitation numérique de la data et les programmeurs sont elles aussi amenées à réduire la voilure, priorité étant désormais donnée à la gestion des mines sur site. Une politique de décentralisation déjà menée chez Randgold Resources.

Des ventes annoncées d'actifs

Une revue des actifs sera également menée afin de se concentrer sur les mines les plus stratégiques – le site australien de Kalgoorlie, détenu à hauteur de 50%, est déjà promis à la vente. "Nous allons vendre nos actifs en Australie et en Asie-Pacifique pour nous concentrer sur l’Afrique et l’Amérique", avait annoncé Mark Bristow dès le mois d’octobre dernier. Tel un clin d’œil à la reprise en main de la stratégie du groupe par l’ancien dirigeant de Randgold, Barrick est côté depuis mardi à New York (Etats-Unis) sous l’acronyme… Gold, utilisé par la firme britannique avant son rachat.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle