L'Usine Auto

Le nouveau directeur général de Nissan lie son avenir au redressement du groupe

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/02/2020 À 07H42

Les actionnaires de Nissan ont approuvé le 17 février la nomination du directeur général Makoto Uchida. Lors d'une réunion extraordinaire tendue, le nouveau patron a promis de redresser le groupe japonais allié à Renault.

Le nouveau directeur général de Nissan lie son avenir au redressement du groupe
Makoto Uchida s'exprimait pour la première fois devant les actionnaires de Nissan depuis sa prise de fonction à la direction du groupe. /Photo prise le 13 février 2020/REUTERS/Kim Kyung-Hoon
© Kim Kyung Hoon

Le nouveau directeur général de Nissan, Makoto Uchida, a déclaré mardi 18 février qu'il accepterait d'être limogé s'il échouait à redresser le deuxième constructeur automobile japonais. Le groupe fait face à un déclin des ventes de ses véhicules et souffre encore de l'éviction de Carlos Ghosn, l'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan soupçonné de malversations financières au Japon.

Nissan a abaissé de 43 % sa prévision de résultat opérationnel annuel, en raison de la baisse des ventes de véhicules, ajoutant une pression supplémentaire sur la nouvelle direction.

Le nouveau directeur général chahuté par les actionnaires

Makoto Uchida, 53 ans, s'exprimait pour la première fois devant les actionnaires de Nissan depuis sa prise de fonction en décembre 2019 à la direction du groupe, dont il était auparavant le patron des activités en Chine. Les actionnaires se retrouvaient pour une réunion extraordinaire au siège de Yokohama afin de valider l'entrée en fonction d'Uchida et la nomination de nouveaux dirigeants, parmi lesquels le directeur d'exploitation Ashwani Gupta.

Chahuté à plusieurs reprises par les actionnaires, dont certains ont demandé une diminution des salaires des dirigeants du groupe ou encore d'offrir une prime pour ramener Carlos Ghosn au Japon après sa fuite au Liban, Makoto Uchida a déclaré qu'il était prêt à être démis de ses fonctions s'il ne parvient pas à améliorer la rentabilité de Nissan. Malgré cette assemblée tendue, les actionnaires ont approuvé la nomination du nouveau directeur général.

Makoto Uchida promet un nouveau projet en mai

"Nous veillerons à diriger l'entreprise de manière efficace qui sera visible pour les observateurs, a promis Makoto Uchida. Voici à quoi je m'engage : si la conjoncture demeure incertaine, vous pourrez me licencier immédiatement", a-t-il ajouté.

Il n'a pas donné de calendrier pour redresser les performances de Nissan, dont les actions ont reculé à un niveau proche d'un plus bas en dix ans. Le nouveau patron a demandé aux actionnaires d'être patient "un peu plus longtemps" afin qu'il puisse établir un nouveau projet d'ici au mois de mai. "Vous pourrez sentir chaque jour que nous sommes en train de changer", a-t-il déclaré.

Un dirigeant en sursis ?

Makoto Uchida doit prouver au conseil d'administration qu'il peut accélérer la réduction des coûts et rétablir les profits du constructeur japonais, tout en montrant qu'il adopte la bonne stratégie pour rétablir les relations avec Renault, ont dit des sources à Reuters en amont de cette réunion extraordinaire.

D'après l'une de ces sources, le nouveau directeur général n'aura que quelques mois pour faire ses preuves. "Parler de sursis est plus ou moins la bonne manière de décrire la situation dans laquelle se trouve Uchida, si ce n'est pas pire, a dit cette source. Dans le pire des scénarios, on pourrait lui montrer la porte." Nissan a "absolument" démenti que Makoto Uchida soit "en sursis".

Makoto Uchida va aussi devoir surmonter les doutes sur sa capacité à assurer l'unité de l'équipe dirigeante. Fin décembre 2019, deux membres du conseil d'administration se sont entretenus avec le nouveau directeur général pour lui demander de consulter davantage ses deux principaux adjoints, Ashwani Gupta et Jun Seki, en insistant sur le fait qu'il avait été nommé à la tête du constructeur à condition de travailler en étroite relation avec ces deux hommes, ont dit deux sources.

Depuis, Jun Seki a démissionné pour prendre la présidence du fabricant de moteurs électriques Nidec Corp tandis que, selon deux sources, Ashwani Gupta s'est plaint en privé de sa difficile relation de travail avec Makoto Uchida. D'après une source, le conseil d'administration ne tolérera pas des querelles au sommet ou des retards dans les prises de décision au sein de l'équipe dirigeante.

Avec Reuters (Naomi Tajitsu; version française Jean Terzian)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte