L'Usine Auto

Le NOSGwawr II, un véhicule solaire de compétition

Publié le

Le NOSGwawr II, un véhicule solaire de compétition

Ils avaient déjà mis au point une voiture solaire capable d'atteindre 60 miles par heure (ou 96 km par heure). Voilà désormais une maquette de la voiture du futur ultra rapide couverte de panneaux solaires : NOSGwawrII. Une équipe d'étudiants et de chercheurs de l'université de Wrexham a fait de sa priorité l'alliance entre écologie et vitesse. L'objectif est de mettre au point un véhicule rapide pour participer au North American Solar Challenge, reliant Dallas à Calgary. Selon les prévisions de l'équipe, l'engin pourrait atteindre 100 miles par heure (soit 160 km par heure), une donnée proche du record du monde de 103 miles par heure.
Pour l'instant, la maquette est adaptée à la taille d'un enfant de six ans, mais le réel projet est en cours de construction.  « Nous allons commencer la construction du châssis dans les prochaines semaines et je souhaiterais que la voiture soit terminée en janvier », a expliqué le chef du projet, le professeur Graham Sparey-Taylor.

Une difficulté persiste pour relever le défi du NOSGwawrII : le coût de l'opération, estimée à 11 500 euros environ, construction et transport outre-atlantique compris. Le professeur espère pourtant que quelqu'un leur vienne en aide en fournissant des parties de l'automobile, comme par exemple les cellules solaires du toit. 
Reste que vous ne pourrez pas acquérir ce véhicule en tant que particulier, le professeur Sparey-Taylor jugeant que la production de masse est impossible. Le destin du véhicule sera donc un projet de recherche pour le Centre pour l'avenir et la technologie des automobiles hybrides, pour tenter d'améliorer « l'efficacité et la durabilité de ces véhicules ».

Trois roues
Le véhicule, d'1,8 mètre de large sur 4,5 mètres de long, ne pèsera que 210 kg et tiendra sur trois roues. Un système d'équilibre sur lequel des étudiants de l'IUT de Valenciennes a apporté son expertise. En effet, des étudiants ont participé au Marathon Shell en 2009, avec un véhicule permettant de parcourir la plus longue distance avec un litre de carburant. « Nous avions les mêmes problématiques que le professeur Sparey-Taylor, par exemple sur le fonctionnement de la troisième roue de nos véhicules ou sur l'aérodynamisme », explique Sébastien Coupaux, l'un des professeurs de l'IUT. Sa forme aérodynamique permet de minimiser l'impact sur l'environnement. « Moins il y a de frottement dans l'air, plus on avance vite », explique-t-il.

Barbara Leblanc

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte