Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le NON l’emporte chez Air France, le PDG Jean-Marc Janaillac démissionne

Cécile Maillard , , ,

Publié le

55,44% des salariés d’Air France, consultés par leur direction, se sont prononcés contre la proposition d'augmentation de leurs salaires de 7% en quatre ans. Le PDG Jean-Marc Janaillac annonce qu'il remettra sa démission le 9 mai.

Le NON l’emporte chez Air France, le PDG Jean-Marc Janaillac démissionne
Suite au vote des salariés d'Air France, son PDG Jean-Marc Janaillac annonce qu'il remettra sa démission le 9 mai.
© Guittet Pascal

Ils ont sans doute estimé que l’augmentation promise était insuffisante. 55,44% des salariés d’Air France ayant participé à la consultation organisée par leur direction ont répondu "non" à la question "Pour permettre une issue positive au conflit en cours, êtes-vous favorable à l’accord salarial proposé le 16 avril 2018 ?" Le PDG d’Air France, Jean-Marc Janaillac, qui avait mis sa démission dans la balance, devrait présenter sa démission le 9 mai aux conseils d'administration d'Air France KLM et d'Air France.

Avant le début des négociations, il était prévu une augmentation générale des salaires de 1% en 2018. Les syndicats (11 dont 7 représentatifs), unis dans une intersyndicale pour une fois soudée, réclamaient 5,1% d’augmentation pour 2018, en deux temps. Après six ans de gel des salaires, ils estiment que les personnels, toutes catégories confondues, doivent eux aussi bénéficier des bons résultats de la compagnie en 2017. Ils ont refusé la proposition de la direction d’une augmentation de 7% en quatre ans : 2% dès 2018, puis 1,65% par an les trois années suivantes. C’est cette proposition du 16 avril que les salariés ont finalement refusé de valider à leur tour, lors de la consultation par vote électronique organisée par la direction du jeudi 26 avril au vendredi 4 mai.

Avec un taux de participation de plus de 80% des 46 800 salariés, le résultat de la consultation ne fera pas de débat. Le texte est retiré et ne sera pas à nouveau soumis à un accord d’entreprise.

Deux jours de grève sont encore prévus, les 7 et 8 mai, mais impossible de dire ce que deviendra le mouvement social ensuite, les syndicats n'ayant plus d'interlocuteur... Une grande période d'incertitudes s'ouvre pour Air France, alors que Jean-Marc Janaillac avait entamé un programme de redressement du groupe.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/06/2018 - 14h26 -

L'état doit vendre sa participation afin qu' Air France devienne réellement une société soumise à la concurrence. J'invite les pilotes à changer de compagnie pour qu' ils puissent se rendre compte des réalités de ce monde.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle