Le "No free lunch", ou comment les médecins veulent échapper au lobby pharmaceutique

Lancée par des internes de médecine générale, la campagne "No free lunch" entend sensibiliser les étudiants en santé au marketing pharmaceutique, avec un maître mot : l'indépendance dans la pratique médicale. Ce mouvement s'illustre par des actions menées sur les réseaux sociaux en septembre, pour décortiquer les différentes techniques utilisées par les "Big pharmas". 

 

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le
La campagne se déroule pour l'essentiel sur les réseaux sociaux pendant tout le mois de septembre.

A l'initiative de l'Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (Isnar-IMG), une campagne s'invite sur les réseaux sociaux français. "L'idée provient d'une association américaine, nommée 'No free lunch' sur l'indépendance de la pratique médicale", raconte Mathieu Thomazo, chargé de mission "Lutte contre les conflits d'intérêt" au sein de l'Isnar-IMG. Contacté par l'Usine Nouvelle, il explique l'objectif premier : "sensibiliser les professionnels de santé et les étudiants à l'importance d'avoir une formation sur la pratique médicale en dehors de l'industrie".

Le but ne serait pas de dézinguer l'industrie pharmaceutique

La campagne se déroule pour l'essentiel sur les réseaux sociaux pendant tout le mois de septembre 2019. Comme pour la première édition, en 2018, ce mouvement se déroule avec le soutien de la revue médicale Prescrire et de l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMEF).

En 2018, les informations diffusées avaient atteint "77 000 personnes sur Facebook et 91 500 sur Twitter", relève Marianne Cinot, porte-parole de ce mouvement. "Pour cette première fois, les retours ont été assez positifs. Les étudiants et les professionnels étaient contents que les pratiques changent", estime Mathieu Thomazo. "Certains ont pensé qu'on était contre l'industrie pharmaceutique or c'est faux. On est conscient qu'elle est indispensable". Alors, quel est le véritable problème ?

Des études éclairantes

De multiples études montrent que tout cadeau, quelle que soit son importance monétaire, provoque une réponse inconsciente de réciprocité. La dernière étude en date a été publiée en août 2016 dans la revue scientifique JAMA International medecine. Réalisée auprès d'une cohorte de 300 000 médecins américains, elle révèle que la réception d'un repas sponsorisé par un laboratoire est associée à une augmentation du taux de prescription du médicament promu par la marque. Et c'est là que se situe le problème : "un médecin doit prescrire un médicament en fonction des caractéristiques du patient et non en fonction de cadeaux", s'insurge Mathieu Thomazo

Des loi "anti cadeaux"

Alors comment faire ? Faut-il imposer une punition aux industriels qui mélangeraient formation et publicité ? L'affaire du Médiator a conduit à l'adoption en 2011 de la Loi dite "anti-cadeaux" qui a notamment rendu obligatoire la déclaration des conflits d'intérêt dans le domaine de la santé. Plus récemment, un amendement, proposé par le gouvernement dans le cadre de la Loi Santé du 24 juillet 2019, a été adopté et interdit "aux personnes fabriquant ou commercialisant des produits de santé à finalité sanitaire ou prestations de santé d'offrir des avantages aux professionnels de santé, aux étudiants (…)".

"Est-ce que les industriels seraient prêts à arrêter ces pratiques ? Je ne pense pas, ce n'est pas dans leur intérêt surtout quand on voit que le budget alloué au marketing est parfois plus important que celui alloué à la recherche", assène Mathieu Thomazo.

0 Commentaire

Le "No free lunch", ou comment les médecins veulent échapper au lobby pharmaceutique

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS