Le nettoyeur s'affranchit de l'eau et des produits chimiques

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le nettoyeur s'affranchit de l'eau et des produits chimiques
Face aux contraintes environnementales, aux problèmes d'élimination des déchets ou à la toxicité de certains solvants, l'alternative du nettoyage cryogénique s'impose dans de nombreuses situations.

Kärcher propose le système Ice Blaster basé sur cette technologie. Le nettoyage cryogénique utilise la neige carbonique produite sous forme de cristaux de quelques millimètres (pellets) comme support de décapage. Contrairement aux dispositifs traditionnels à haute pression d'eau froide ou chaude, le procédé cryogénique ne compte pas uniquement sur le phénomène d'impact.

Le système Ice Blaster fonctionne avec des cristaux de 3mm de diamètre obtenus en liquéfiant du dioxyde de carbone sous pression avant de le soumettre à une détente très rapide. Une partie du CO2 s'évapore, le reste se solidifie en glace à -79°C sous l'effet de l'évaporation.



Les Matériaux sensibles peuvent être traités

En plus de l'énergie cinétique liée à la projection (une vitesse de 150m/s par air comprimé), la glace carbonique crée un choc thermique qui augmente la contrainte de cisaillement pour entamer la couche de salissures qui recouvre la surface à traiter. En la fissurant, la glace pénètre dans le revêtement et le décolle. Puis, passant directement de l'état solide à l'état gazeux (phénomène de sublimation), elle enregistre une augmentation de volume jusqu'à 500% et provoque l'enlèvement de la couche de surface souillée. L'avantage décisif du procédé par sublimation repose sur l'absence d'eau et de produits nettoyants (solvants, sable...) qui éliminent toute pollution chimique. Contrairement au grenaillage ou au sablage, il ne produit d'autres déchets que les résidus éliminés sous forme de poussières, qu'il suffit de balayer ou d'aspirer. Comme la pression utilisée est faible, entre 3 et 16 bars, et les cristaux de glace (consommation entre 30 et 100kg/ h) peu abrasifs, l'usure et l'abrasion des surfaces traitées sont évitées. L'absence d'eau permet dans de nombreux cas un nettoyage des équipements en place, sans démontage et remontage fastidieux et source d'interruption prolongée de la production. Elle autorise également le nettoyage d'éléments électromécaniques, voire de tableaux électriques et de matériaux sensibles.

Les plus

  • Pas besoin de démonter les équipements
  • Pas d'effet burinant des surfaces
  • Temps d'immobilisation réduit des matériels nettoyés

Les moins

  • Contrainte de la production de glace
  • Inapproprié pour le décapage dur et le traitement de surface
Ce nettoyage doux sera particulièrement recommandé pour éliminer les liants et agents de démoulage, les résidus de silicone et de caoutchouc, l'huile, les graisses, le goudron, l'encre, la résine, les colles ou encore la cire, les peintures et les vernis. La plupart des secteurs industriels sont concernés: automobile, construction métallique et mécanique, imprimerie, agroalimentaire, pharmacie et cosmétique, les industries du papier, des plastiques et de l'emballage. Le procédé pourra également intéresser les collectivités, car son utilisation est pertinente sur les escaliers roulants ou sur les façades pour éliminer les tags.

L'entreprise allemande, toujours contrôlée par la famille fondatrice, précise Jean-Marc Lasserre, le directeur au département professionnel, a enregistré un chiffre d'affaires de 1,254 milliard d'euros (dont 83% à l'export) avec des effectifs de 6540 personnes. Le groupe, leader mondial du nettoyage, dispose de quinze sites de production et centres de logistique, dont dix en Europe.

Didier Ragu

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS